Debat Culturel Inter Religieux

Le Deal du moment : -38%
Ventilateur de table Rowenta VU2310F0
Voir le deal
19.91 €
Le Deal du moment : -38%
PC Portable Gamer – LENOVO Legion 5 15ACH6H ...
Voir le deal
799 €

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Debat Culturel Inter Religieux » Christianisme » Le grand remplacement, une obsession Occidentale !

Le grand remplacement, une obsession Occidentale !

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Wahrani

Wahrani
Admin

Le concept du grand remplacement connaît une éclatante réapparition dans le débat public, (En effet ce genre de matraquage arrive toujours avant les élections) longtemps considéré comme un phénomène bien établi que «l’Europe est en train de changer de peuple et de civilisation», ou encore que le remplacement à l’œuvre est celui d’un peuple par une population d’origine mixte. Certainement une vision du spectre simpliste très étroit qui considère l’Europe comme blanche et qui envisage toutes les autres populations qui la composent comme non assimilables de par leur couleur ou leur culture, bien entendu derrière cette formule se cache une idée complotiste, de quoi faire jacter les plus réfractaires au multiculturalisme.
 
Toujours au motif de la suprématie raciale, cet angle diabolisateur devenue un cri de ralliement pour les identitaires, en répétant les mêmes vieux poncifs de la bien-pensance     sur l’immigration de masse ! Toujours cette obsession identitaire, cette panique nationaliste et cette peur d’un métissage qui ruinerait la pureté de je ne sais trop quelle race.
 
Les auteurs des attentats de Christchurch, d'El Paso et de Poway en 2019 étaient des adeptes de cette théorie.
 
Toujours les mêmes choses pleines de haine, de violence et de clichés, sur l’immigration et sur les étrangers. Le procès d’intention, de ceux qui incitent à la haine raciale et à l’humiliation de l’altérité. Quant aux arguments, ils deviennent inutiles avec des personnes obtus et pleines de leurs certitudes qui ne sont guère plus argumentées, sinon à répéter les discours de l’extrémisme.
 
Cependant, si les manipulateurs du concept de grand remplacement peuvent avoir des postures et des prescriptions très différentes au point qu’on peut les confondre, il est cependant difficile de nier qu’ils ont en commun un certain idéal la haine de l’autre.
 
Il est possible de faire l’historique du concept de  grand remplacement. On en retrouve déjà des traces à la fin XIXe siècle,selon certains historiens des textes alarmistes préfigurent le Grand Remplacement. Ils annoncent la fin de la race et de la civilisation.
 
En 1893, Maurice Barrès (écrivain et homme politique) cible la présence des étrangers «le sol français est envahi pacifiquement par les étrangers» il met en avant la nécessité de se protéger contre les étrangers notamment les juifs : « Protéger les nationaux contre cet envahissement ».
 
En 1902, Jules Soury (théoricien et historien) est obsédé par le déclin de la foi catholique devant la menace que représentent les juifs, les protestants et la franc-maçonnerie.
Dans son livre  La France juive, Drumont dénonce une conquête raciale une invasion et une substitution de population pour préparer la République juive.
 
Adolf Hitler en reprendra l’idée dans Mein Kampf lorsqu’il explique que les juifs utilisent la France pour importer les Noirs en Europe, et ainsi détruire la race blanche par métissage
 
En 2005, le Grand Remplacement  fait véritablement surface par le biais de la théorie dite  Eurabia selon laquelle il existerait un axe secret arabo-musulman-européen. Une Europe moralement décadente et économiquement fragilisée depuis les chocs pétrolier des années 70, corrompue et soudoyée par des pétrodollars des pays arabes en échange de l’ouverture de ses frontières aux musulmans et à sa complaisance illimitée face à l’islam.
 
L’église catholique par la voix du cardinal Robert Sarah reprend la théorie du grand remplacement quand il l’écrit : «L'Occident, décadent, sans enfants, sans familles, disparaitra, noyé et éliminé par une population d'origine islamique. L'Occident a renié ses racines chrétiennes. Mais un arbre sans racines meurt.
 
Ce religieux juge une tranche de population, j’insiste pour dire que cette vision despotique, hautaine  préconise alors une inintelligence à discuter d’une relation Occident Islam avec des chrétiens à partir des principes et des critères de l’Occident.
 
On parle d’un Occident construit sur les valeurs Judéo-chrétiennes, mais en quoi cela est-il important, puisque le musulman français est dans une société ou le droit de la liberté religieuse est largement reconnu ou le citoyen est tenu par le devoir de respecter les croyances religieuses des autres?
Est-ce que les valeurs Judéo-chrétiennes sont-elles si éloignés des valeurs de l’Islam, les différences ne sont-elles plutôt que théologiques ?
 
L’étranger c’est l’autre, qui est l’étranger ?
Celui qui n’a pas la nationalité française, ou celui qui est musulman?
On stigmatise une partie des français (musulmans) on les repousse dans leur retranchement et on laisse faire les discours populistes, haineux. Peu importe qu’une personne soit née en France de parents français depuis plusieurs générations, si elle n’est pas blanche, elle est donc un élément du remplacement. Interrogée, la démographe Pascale Breuil se demande ainsi : « jusqu’où faut-il remonter pour être considéré comme faisant partie du peuple français ».
Elle conclut qu’il est « très difficile de définir qui est ou non d’origine française », invalidant ainsi le fait qu’une population se substitue à une autre.
 
L’amalgame est voulu et bien orientée, je cite la petite phrase d’un discours officiel des  politiques au pouvoir :
« Moi, ce que je veux du jeune musulman, quand il est français, c’est qu’il aime son pays, c’est qu’il trouve un travail, c’est qu’il ne parle pas le verlan, qu’il ne mette pas sa casquette à l’envers » (Nadine Morano)
C’est bien un truc de raciste ça : généralisation à partir d’un cas particulier ou à partir des dit-on !!.
 
La mouvance identitaire (polémistes identitaires, pourfendeurs de l’immigration) est un agent promotionnel du Grand Remplacement et de la Remigration c'est-à-dire le retour des immigrés dans leurs pays respectifs. Ce courant de l’extrême droite est connu pour ses positions radicales vis-à-vis de l’immigration et de l’islam et pour sa défense de la civilisation européenne et des Européens.
 
La théorie fumeuse du grand remplacement avait été conçue uniquement dans une visée polémique, il s’agit de donner une légitimité au combat identitaire présenté auprès de l’opinion publique, des médias et des politiques comme celui de la sauvegarde d’une civilisation en péril, comme par exemple l’usage des soupes au cochon distribuées au SDF, par préférence national et que ces repas chauds franco-français ne seraient que charité chrétienne lancées par un pasteur, Jean-Pierre Blanchard proche du front extrémiste en vue de combattre la prétendue islamisation  qu'il présente aisément comme un «scoop». 
 
Le négationnisme consiste en un déni de faits historiques, malgré la présence de preuves flagrantes. En France depuis un demi siècle, les Français musulmans subissent à tous les nivaux du politique le négationnisme des risques encourus concernant l'intégration de l'Islam en France et les capacités à "Vivre ensemble". Les musulmans d’aujourd’hui sont les juifs de l’époque, a qui on faisait tout un tas de caricatures sorties du Moyen Age, Par la peur de l’Islam, on affiche à l’égard des musulmans le même mépris qu’on allongeait il y a trente ans avec les Italiens, les Polonais, les Espagnols ou les Portugais. Etc..
 
De tous temps, l’étranger a occupé une place dans l’imaginaire populaire. Par ses manières d’être, par ses comportements, sa culture, ses repères qui éprouvent une énorme difficulté à apprendre à vivre dans le respect des normes collectives de la société française.
Le regard que porte cette société sur les étrangers (immigrés qui ont acquis la nationalité française, et leurs descendants) est particulièrement choquant.
 
Selon les statistiques de l’INSEE : Combien y a-t-il d'immigrés ou d'étrangers en France ?
En 2020, 6,8 millions d’immigrés vivent en France, soit 10,2 % de la population totale, soit 36 % d'entre eux, ont acquis la nationalité française.
 
La population étrangère vivant en France s'élève à 5,1 millions de personnes, soit 7,6 % de la population totale. Elle se compose de 4,3 millions d'immigrés n'ayant pas acquis la nationalité française et de 0,8 million de personnes nées en France de nationalité étrangère.
Les immigrés venus  du Maghreb, d’Afrique Noir et d’Asie représentent moins de 5 % de la population française. Comment pourraient-ils remplacer cette population toute entière ?
 
Mais cette société ne sait pas, elle écoute seulement les inepties racontées par des politiques malveillants qui ne veulent s’attirer que des voix. Cette xénophobie, récurrente en temps de crise, va souvent de pair avec l’antisémitisme et se nourrit de racisme et d’islamophobie. La crise a changé le visage de l’immigration. La génération des enfants devenus français émerge au début des années 1980. Stigmatisés pour leurs origines, on les dénonce comme une nouvelle classe dangereuse au lendemain des violences urbaines qui secouent de temps en temps les banlieues.
 
Ces «Français d’Origine» doivent désormais faire face aux nouvelles stratégies agressives de la politique (en matière d’intégration théorisé) à l’égard de la population d’origine musulmane. De manière déterminée, celles-ci visent à stigmatiser davantage certaines communautés, à instrumentaliser la sécurité, et ce au plus grand mépris des principes des droits humains fondamentaux.
 
Par devoir de mémoire collective, ces immigrés n'ont pas seulement construit ou reconstruit la France, ils sont la France dans toute sa diversité et sa richesse, sans oublier que la France est le résultat de ces cultures venues d'ailleurs pour écrire son l'Histoire, surtout en ces périodes où la légitimité même des immigrations semble être l’objet d’un débat polémique. Alors il semble nécessaire de dénoncer le fantasme aussi malhonnête que caricatural du grand remplacement,
 
La volonté de réduire l’horreur et la condamnation que provoque cette animosité, le désir de s’innocenter, la tendance à donner un fondement moral et de jeter l’opprobre sur l’étranger, tous ces facteurs conduisent à rejeter la faute du ressentiment sur les victimes. Le raciste est conscient de sa cruauté, mais il en place le blâme sur sa victime, que ce soit un individu ou un groupe ethnique ou religieux
 
La barbarie n’a pas de religion, n’a pas de couleur et encore moins de pays mais la haine de l’autre est donc également en profondeur, c’est l’expression à la fois d’un déséquilibre entre la défense de l’identité et le respect de la liberté de religion.
Grand Remplacement, les Palestiniens le subissent depuis fort longtemps sans que personne en Europe et ailleurs ne semble  s’y porte un quelconque jugement.
Donc pour les autres (Palestiniens) le grand remplacement : «existe vraiment ! »

https://dialogue-religion.forumalgerie.net

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 
  •  |