Forum Dialogue Religion Islamo Judéo Chrétienne et autres doctrines
Bienvenue

Afin de profiter pleinement de tout ce que vous offre ce Forum,
Merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de vous inscrire, si vous ne l’êtes pas encore.
Forum Dialogue Religion Islamo Judéo Chrétienne et autres doctrines


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Le Bible vue par des Érudits Chrétiens

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 2]

Wahrani

avatar
Admin
La Bible précise :
« Vous n'ajouterez rien à ce que je vous commande et vous n'en retrancherez rien. Vous obéirez aux Commandements de l'Éternel votre Dieu, que je vous transmets. »  (Deutéronome 4:2)
Le docteur W.Graham Scroggie de la Moody Bible Institute, une prestigieuse mission évangélique située à Chicago, a dit :
« Oui, la Bible est d’origine humaine, bien que certains aient affirmé le contraire, plus par zèle que par érudition.  Les livres qui composent la Bible ont été pensés par des hommes, rédigés dans le langage des hommes, écrits par la main des hommes et leur style est caractéristique de celui des hommes...  C’est un livre humain, mais aussi divin. »
 
Un autre érudit chrétien, Kenneth Cragg, l’évêque anglican de Jérusalem, a dit :
« Dans le Nouveau Testament... [il y a des textes] condensés et révisés, des reproductions de choix et des témoignages.  Les évangiles ont survécu à leurs auteurs et sont demeurés présents dans l’esprit de l’Église.  Ils représentent à la fois l’expérience et l’histoire... »
 
« C’est un fait connu que l’Évangile original fut transmis oralement et que de cette tradition orale ont découlé toutes sortes de variantes.  Il est également vrai que lorsque les faits historiques du christianisme furent mis par écrit, ils continuèrent, oralement, à être l’objet de variantes diverses, volontaires ou non, ce qui eut une influence sur les scribes et les rédacteurs. »
 
« En fait, chaque livre du Nouveau Testament, à l’exception des quatre épîtres de Paul, est, de nos jours, plus ou moins sujet à controverse et diverses insertions y sont maintenues. »
 
Le docteur Lobegott Friedrich Konstantin Von Tischendorf, un des plus inflexibles défenseurs chrétiens de la trinité, dû lui-même admettre :
« Plusieurs passages [du Nouveau Testament] ont subi de si profondes modifications de sens qu’ils nous laissent dans une douloureuse incertitude sur ce que les apôtres avaient réellement écrit. »
 
Après avoir énuméré plusieurs exemples d’affirmations contradictoires dans la Bible, le docteur Frederic Kenyon dit :
« En plus des contradictions flagrantes comme celles [que je viens d’énumérer], il n’y a guère de versets dans lesquels nous ne retrouvons pas de variantes [dans les copies des anciens manuscrits à partir desquels la Bible a été assemblée].  Personne ne peut se dire indifférent à ces ajouts, omissions ou altérations. »
 
Tout au long de ce texte, vous trouverez de nombreuses autres citations d’éminents érudits chrétiens.
 
Les chrétiens sont, de façon générale, de bonnes et honnêtes personnes; et plus leur foi est profonde, meilleurs ils sont.  Le Coran en fait d’ailleurs mention :
 
« Tu trouveras certainement que les juifs et les idolâtres sont les ennemis les plus acharnés des croyants.  Et tu trouveras que les plus disposés à aimer les croyants sont ceux qui disent : « Nous sommes chrétiens. »  C’est qu’ils comptent parmi eux des prêtres et des moines, et qu’ils ne sont point orgueilleux.  Quand ils écoutent ce qui a été révélé au messager, tu vois leurs yeux déborder de larmes, parce qu’ils ont reconnu la vérité.  Ils disent : « Seigneur !  Nous croyons!  Inscris-nous parmi ceux qui témoignent (de la vérité). »  (Coran 5:82-83)
 
Victor Tununensis, un évêque africain du sixième siècle, rapportait, dans sa Chronique (en l’an 566), que lorsque Messala était consul à Constantinople (en 506), il « censura et corrigea » les évangiles des Gentils rédigés par des personnes considérées comme illettrées par l’empereur Anastase.  Ce qui signifie que ces textes furent modifiés dans le but de les rendre conformes au christianisme du sixième siècle qui différait du christianisme des siècles précédents.
 
Ces « corrections » ne se limitent absolument pas aux premiers siècles suivant la mort de Jésus. Sir Higging écrit :
 
« Nous ne pouvons nier que les moines bénédictins de St-Maur étaient très versés en latin et en grec, en plus d’avoir un réel talent pour ces langues.  En outre, ils étaient très nombreux. 
 
Dans l’ouvrage de Cleland intitulé « Life of Lanfranc, Archbishop of Canterbury », il écrit :
«Lanfranc, un moine bénédictin et archevêque de Canterbury, ayant découvert que les Écritures avaient été passablement corrompues par des copistes, s’appliqua à les corriger lui-même et il fit de même avec les écrits des pères, de façon conforme à la foi orthodoxe, secundum fidem orthodoxam. ».
 
En d’autres termes, les Écritures chrétiennes furent réécrites dans le but de les rendre conformes aux doctrines des onzième et douzième siècles, procédé auquel n’échappèrent pas les écrits des premiers pères de l’Église, afin que tout soit uniformisé. 
 
Sir Higgins continue : « Le même ecclésiaste protestant nous offre ce passage remarquable : « L’impartialité exige de moi cette confession : les orthodoxes ont bel et bien altéré certains passages des évangiles. »
 
L’auteur poursuit en racontant comment fut entreprise une vaste campagne à Constantinople, à Rome, à Canterbury et dans le monde chrétien en général, visant à « corriger » les évangiles et à détruire tous les manuscrits datant d’avant cette période.
 
Theodore Zahan a illustré les conflits amers au sein des églises établies dans ses «Articles of the Apostolic Creed» (articles de la foi apostolique). 
Il raconte comment les catholiques romains ont accusé les Grecs orthodoxes d’avoir remanié les Écritures par ajouts ou omissions, ce qui aurait été fait selon eux, à la fois de bonne et de mauvaise foi. Les Grecs orthodoxes, de leur côté, ont accusé les catholiques romains de s’être exagérément éloignés du texte original dans plusieurs passages.
 
En dépit de leurs divergences, cependant, ils unissent leurs forces pour condamner les chrétiens non-conformistes qui «dévient de la vraie voie» et les accusent d’hérésie.  Ces «hérétiques», de leur côté, condamnent les catholiques pour avoir «remanié la vérité de fond en comble comme des faussaires».  L’auteur conclut : «Les faits n’étayent-ils pas ces accusations? »
 
St-Augustin lui-même, homme reconnu et estimé à la fois par les protestants et les catholiques, a affirmé qu’il y avait des doctrines secrètes dans la religion chrétienne et que :
«il y avait de nombreuses vérités dans la religion chrétienne qu’il n’était pas approprié que le commun des mortels sache, et certaines choses qui étaient carrément fausses mais pratique que le commun des mortels y croit.»
 
Sir Higgins admet :
«Il n’est pas injuste de supposer que ces vérités non divulguées recèlent une partie des mystères chrétiens modernes et je crois que nul ne peut nier que l’Église, dont les plus hautes autorités appuyaient de telles doctrines, n’hésiterait pas à remanier à nouveau les écrits sacrés.»
 
Les diverses dénominations chrétiennes ne sont pas mêmes arrivées à un accord sur la définition d’un livre  «Inspiré» par Dieu.  On enseigne aux protestants qu’il y a 66 livres réellement «inspirés» dans la Bible, tandis qu’on enseigne aux catholiques qu’il y en a 73. 
Cela sans compter les nouvelles sectes chrétiennes et leurs livres plus «modernes», comme les Mormons, entre autres. Durant plusieurs générations, les tous premiers chrétiens ne suivaient ni les 66 livres des protestants ni les 73 livres des catholiques, mais croyaient en des livres qui furent, des années plus tard, reconnus comme des fabrications et des apocryphes. Le traducteur doit avoir omis tous ces livres parce qu'ils ne lui semblaient pas assez authentiques.
 
Ward dit: "Rogers, l'un des théologiens protestants les plus distingués, nous donne les noms de plusieurs savants qui rejettent comme apocryphes les livres suivants : l'Epître aux Hébreux, l'Epître de Jacques, la 2ème et la 3e Epître de Jean, l'Epître de Jude, et l' Apocalypse de Jean.
 
Le docteur Bliss dit également que jusqu'au temps d'Eusèbe les livres n'étaient pas tous considérés comme authentiques et soutient que l'Epître de Jacques, celle de Jude, la 2ème Epître de Pierre, la 2ème et la 3e de Jean, ne sont pas de ces Apôtres. L'Epître aux Hébreux resta longtemps douteuse. Les Eglises syriaques n'ont jamais voulu reconnaître ces livres, et les Eglises d'Arabie ont suivi leur exemple".
 
Lardner dit dans le 4ème volume de ses œuvres.
"Cyrille et l'Eglise de Jérusalem de son temps ne reconnaissent pas l'Apocalypse de Jean et le nom de ce livre ne se trouve pas dans le catalogue des livres canoniques écrit par lui".
 
Le même auteur dit : " L'Apocalypse de Jean ne se trouve pas dans l'ancienne version syriaque ; ni Bar-Hebraeus, ni Jacques d'Edesse, n'ont écrit de commentaire sur ce livre". Et Ebedjésu omit de son catalogue la 2ème Epître de Pierre, la 2ème et la 3e de Jean, l'Epître de Jude, et l' Apocalypse de Jean ; et c' est là aussi l'opinion des Syriens".
 
Le Catholic Heralddit: dit que plusieurs théologiens protestants n'admettent pas l'authenticité de l'Apocalypse de Jean, et le Professeur Ewald a prouvé, d'une manière irréfutable, que l'Evangile de Jean, les Epîtres et l'Apocalypse, ne peuvent pas être du même auteur"»
 
Georges Bernard Shaw disait: "C'est le livre le plus dangereux qui soit sur terre. Tenez-le sous clé." Ne le laissez pas à portée de mains innocentes !
 
Attaques contre les musulmans :
Au cours des siècles passés, les missionnaires chrétiens ont attaqué les musulmans sur plusieurs points auxquels, à ma connaissance, ils ont répondu au moins partiellement. Peut-être est-ce aussi la volonté d'Allah que je réponde à ces détracteurs de l'Islam, ne serait-ce qu'en partie. Il est important de ne pas se soustraire à cette responsabilité.
 
C'est donc ce genre de défi qui vient effleurer l'esprit de  Gao G. Harris, auteur de "Comment conduire les musulmans vers le Christ".
Ce missionnaire qui tenta de convertir les musulmans chinois dit de cette façon arrogante et condescendante propre aux occidentaux, dans le chapitre "La théorie ou l'accusation de corruption"
 
"A présent, voici la plus lourde accusation du monde musulman vis-à-vis des Écritures chrétiennes.  Dans ce chapitre, nous supposons que les musulmans ont eux-mêmes évoqué la question de l'authenticité et de la sincérité de nos Écritures. Si cela est le cas, alors avant de défendre notre position, souvenons-nous de cette règle aussi fondamentale. La charge de la preuve revient aux musulmans.".
 
Devions-nous encore ajouter quelque chose ?
Non, mais les propagandistes professionnels ont toujours l'aplomb de faire croire à leurs lecteurs qu'ils ont prouvé que la Bible est incontestablement la Parole de Dieu, dissipant ainsi toute ombre de doute.
 
Ils répondront toujours par "Je sais" et, en ajoutant : "Mais je crois, moi, que c'est la Parole de Dieu !"Leurs exercices sémantiques sont étonnants : tergiversations et jeux de mots.
 

Un cheikh Arabe dit à ce sujet: "Si tels sont les prêtres, alors que Dieu bénisse le Christianisme".

http://dialogue-religion.forumalgerie.net

Stitten

avatar

Starheater


@Wahrani a écrit:
La Bible précise :
« Vous n'ajouterez rien à ce que je vous commande et vous n'en retrancherez rien. Vous obéirez aux Commandements de l'Éternel votre Dieu, que je vous transmets. »  (Deutéronome 4:2)
Le docteur W.Graham Scroggie de la Moody Bible Institute, une prestigieuse mission évangélique située à Chicago, a dit :
« Oui, la Bible est d’origine humaine, bien que certains aient affirmé le contraire, plus par zèle que par érudition.  Les livres qui composent la Bible ont été pensés par des hommes, rédigés dans le langage des hommes, écrits par la main des hommes et leur style est caractéristique de celui des hommes...  C’est un livre humain, mais aussi divin. »
 
Un autre érudit chrétien, Kenneth Cragg, l’évêque anglican de Jérusalem, a dit :
« Dans le Nouveau Testament... [il y a des textes] condensés et révisés, des reproductions de choix et des témoignages.  Les évangiles ont survécu à leurs auteurs et sont demeurés présents dans l’esprit de l’Église.  Ils représentent à la fois l’expérience et l’histoire... »
 
« C’est un fait connu que l’Évangile original fut transmis oralement et que de cette tradition orale ont découlé toutes sortes de variantes.  Il est également vrai que lorsque les faits historiques du christianisme furent mis par écrit, ils continuèrent, oralement, à être l’objet de variantes diverses, volontaires ou non, ce qui eut une influence sur les scribes et les rédacteurs. »
 
« En fait, chaque livre du Nouveau Testament, à l’exception des quatre épîtres de Paul, est, de nos jours, plus ou moins sujet à controverse et diverses insertions y sont maintenues. »
 
Le docteur Lobegott Friedrich Konstantin Von Tischendorf, un des plus inflexibles défenseurs chrétiens de la trinité, dû lui-même admettre :
« Plusieurs passages [du Nouveau Testament] ont subi de si profondes modifications de sens qu’ils nous laissent dans une douloureuse incertitude sur ce que les apôtres avaient réellement écrit. »
 
Après avoir énuméré plusieurs exemples d’affirmations contradictoires dans la Bible, le docteur Frederic Kenyon dit :
« En plus des contradictions flagrantes comme celles [que je viens d’énumérer], il n’y a guère de versets dans lesquels nous ne retrouvons pas de variantes [dans les copies des anciens manuscrits à partir desquels la Bible a été assemblée].  Personne ne peut se dire indifférent à ces ajouts, omissions ou altérations. »
 
Tout au long de ce texte, vous trouverez de nombreuses autres citations d’éminents érudits chrétiens.
 
Les chrétiens sont, de façon générale, de bonnes et honnêtes personnes; et plus leur foi est profonde, meilleurs ils sont.  Le Coran en fait d’ailleurs mention :
 
« Tu trouveras certainement que les juifs et les idolâtres sont les ennemis les plus acharnés des croyants.  Et tu trouveras que les plus disposés à aimer les croyants sont ceux qui disent : « Nous sommes chrétiens. »  C’est qu’ils comptent parmi eux des prêtres et des moines, et qu’ils ne sont point orgueilleux.  Quand ils écoutent ce qui a été révélé au messager, tu vois leurs yeux déborder de larmes, parce qu’ils ont reconnu la vérité.  Ils disent : « Seigneur !  Nous croyons!  Inscris-nous parmi ceux qui témoignent (de la vérité). »  (Coran 5:82-83)
 
Victor Tununensis, un évêque africain du sixième siècle, rapportait, dans sa Chronique (en l’an 566), que lorsque Messala était consul à Constantinople (en 506), il « censura et corrigea » les évangiles des Gentils rédigés par des personnes considérées comme illettrées par l’empereur Anastase.  Ce qui signifie que ces textes furent modifiés dans le but de les rendre conformes au christianisme du sixième siècle qui différait du christianisme des siècles précédents.
 
Ces « corrections » ne se limitent absolument pas aux premiers siècles suivant la mort de Jésus. Sir Higging écrit :
 
« Nous ne pouvons nier que les moines bénédictins de St-Maur étaient très versés en latin et en grec, en plus d’avoir un réel talent pour ces langues.  En outre, ils étaient très nombreux. 
 
Dans l’ouvrage de Cleland intitulé « Life of Lanfranc, Archbishop of Canterbury », il écrit :
«Lanfranc, un moine bénédictin et archevêque de Canterbury, ayant découvert que les Écritures avaient été passablement corrompues par des copistes, s’appliqua à les corriger lui-même et il fit de même avec les écrits des pères, de façon conforme à la foi orthodoxe, secundum fidem orthodoxam. ».
 
En d’autres termes, les Écritures chrétiennes furent réécrites dans le but de les rendre conformes aux doctrines des onzième et douzième siècles, procédé auquel n’échappèrent pas les écrits des premiers pères de l’Église, afin que tout soit uniformisé. 
 
Sir Higgins continue : « Le même ecclésiaste protestant nous offre ce passage remarquable : « L’impartialité exige de moi cette confession : les orthodoxes ont bel et bien altéré certains passages des évangiles. »
 
L’auteur poursuit en racontant comment fut entreprise une vaste campagne à Constantinople, à Rome, à Canterbury et dans le monde chrétien en général, visant à « corriger » les évangiles et à détruire tous les manuscrits datant d’avant cette période.
 
Theodore Zahan a illustré les conflits amers au sein des églises établies dans ses «Articles of the Apostolic Creed» (articles de la foi apostolique). 
Il raconte comment les catholiques romains ont accusé les Grecs orthodoxes d’avoir remanié les Écritures par ajouts ou omissions, ce qui aurait été fait selon eux, à la fois de bonne et de mauvaise foi. Les Grecs orthodoxes, de leur côté, ont accusé les catholiques romains de s’être exagérément éloignés du texte original dans plusieurs passages.
 
En dépit de leurs divergences, cependant, ils unissent leurs forces pour condamner les chrétiens non-conformistes qui «dévient de la vraie voie» et les accusent d’hérésie.  Ces «hérétiques», de leur côté, condamnent les catholiques pour avoir «remanié la vérité de fond en comble comme des faussaires».  L’auteur conclut : «Les faits n’étayent-ils pas ces accusations? »
 
St-Augustin lui-même, homme reconnu et estimé à la fois par les protestants et les catholiques, a affirmé qu’il y avait des doctrines secrètes dans la religion chrétienne et que :
«il y avait de nombreuses vérités dans la religion chrétienne qu’il n’était pas approprié que le commun des mortels sache, et certaines choses qui étaient carrément fausses mais pratique que le commun des mortels y croit.»
 
Sir Higgins admet :
«Il n’est pas injuste de supposer que ces vérités non divulguées recèlent une partie des mystères chrétiens modernes et je crois que nul ne peut nier que l’Église, dont les plus hautes autorités appuyaient de telles doctrines, n’hésiterait pas à remanier à nouveau les écrits sacrés.»
 
Les diverses dénominations chrétiennes ne sont pas mêmes arrivées à un accord sur la définition d’un livre  «Inspiré» par Dieu.  On enseigne aux protestants qu’il y a 66 livres réellement «inspirés» dans la Bible, tandis qu’on enseigne aux catholiques qu’il y en a 73. 
Cela sans compter les nouvelles sectes chrétiennes et leurs livres plus «modernes», comme les Mormons, entre autres. Durant plusieurs générations, les tous premiers chrétiens ne suivaient ni les 66 livres des protestants ni les 73 livres des catholiques, mais croyaient en des livres qui furent, des années plus tard, reconnus comme des fabrications et des apocryphes. Le traducteur doit avoir omis tous ces livres parce qu'ils ne lui semblaient pas assez authentiques.
 
Ward dit: "Rogers, l'un des théologiens protestants les plus distingués, nous donne les noms de plusieurs savants qui rejettent comme apocryphes les livres suivants : l'Epître aux Hébreux, l'Epître de Jacques, la 2ème et la 3e Epître de Jean, l'Epître de Jude, et l' Apocalypse de Jean.
 
Le docteur Bliss dit également que jusqu'au temps d'Eusèbe les livres n'étaient pas tous considérés comme authentiques et soutient que l'Epître de Jacques, celle de Jude, la 2ème Epître de Pierre, la 2ème et la 3e de Jean, ne sont pas de ces Apôtres. L'Epître aux Hébreux resta longtemps douteuse. Les Eglises syriaques n'ont jamais voulu reconnaître ces livres, et les Eglises d'Arabie ont suivi leur exemple".
 
Lardner dit dans le 4ème volume de ses œuvres.
"Cyrille et l'Eglise de Jérusalem de son temps ne reconnaissent pas l'Apocalypse de Jean et le nom de ce livre ne se trouve pas dans le catalogue des livres canoniques écrit par lui".
 
Le même auteur dit : " L'Apocalypse de Jean ne se trouve pas dans l'ancienne version syriaque ; ni Bar-Hebraeus, ni Jacques d'Edesse, n'ont écrit de commentaire sur ce livre". Et Ebedjésu omit de son catalogue la 2ème Epître de Pierre, la 2ème et la 3e de Jean, l'Epître de Jude, et l' Apocalypse de Jean ; et c' est là aussi l'opinion des Syriens".
 
Le Catholic Heralddit: dit que plusieurs théologiens protestants n'admettent pas l'authenticité de l'Apocalypse de Jean, et le Professeur Ewald a prouvé, d'une manière irréfutable, que l'Evangile de Jean, les Epîtres et l'Apocalypse, ne peuvent pas être du même auteur"»
 
Georges Bernard Shaw disait: "C'est le livre le plus dangereux qui soit sur terre. Tenez-le sous clé." Ne le laissez pas à portée de mains innocentes !
 
Attaques contre les musulmans :
Au cours des siècles passés, les missionnaires chrétiens ont attaqué les musulmans sur plusieurs points auxquels, à ma connaissance, ils ont répondu au moins partiellement. Peut-être est-ce aussi la volonté d'Allah que je réponde à ces détracteurs de l'Islam, ne serait-ce qu'en partie. Il est important de ne pas se soustraire à cette responsabilité.
 
C'est donc ce genre de défi qui vient effleurer l'esprit de  Gao G. Harris, auteur de "Comment conduire les musulmans vers le Christ".
Ce missionnaire qui tenta de convertir les musulmans chinois dit de cette façon arrogante et condescendante propre aux occidentaux, dans le chapitre "La théorie ou l'accusation de corruption"
 
"A présent, voici la plus lourde accusation du monde musulman vis-à-vis des Écritures chrétiennes.  Dans ce chapitre, nous supposons que les musulmans ont eux-mêmes évoqué la question de l'authenticité et de la sincérité de nos Écritures. Si cela est le cas, alors avant de défendre notre position, souvenons-nous de cette règle aussi fondamentale. La charge de la preuve revient aux musulmans.".
 
Devions-nous encore ajouter quelque chose ?
Non, mais les propagandistes professionnels ont toujours l'aplomb de faire croire à leurs lecteurs qu'ils ont prouvé que la Bible est incontestablement la Parole de Dieu, dissipant ainsi toute ombre de doute.
 
Ils répondront toujours par "Je sais" et, en ajoutant : "Mais je crois, moi, que c'est la Parole de Dieu !"Leurs exercices sémantiques sont étonnants : tergiversations et jeux de mots.
 

Un cheikh Arabe dit à ce sujet: "Si tels sont les prêtres, alors que Dieu bénisse le Christianisme".


Wahrani, il est également prouver que les Catholiques sont contre la Bible, ils préfèrent leur Tradition. Tous les Organisations Chrétiens, à part deux d'entre elles, sont Hérétiques, d'ailleurs, certains traducteurs de la Bible sont Païens, mais ils ont l'avantage de connaître l'Hébreu et le Grecque.
Toutes les personnes que tu as citées sont des menteurs, et cela est très facile à prouver:

  1. Tous les rouleaux de la Bible sont copiés sous la tutelle de plusieurs personnes. Toutes les copies de la Bible subissent une vérification très rigoureuse. Si dans une "traduction" il est permis de faire une faute d'orthographe, ce n'est pas le cas pour les retranscriptions de vieux rouleaux à rouleaux neufs. Les Scribes qui sont employés à la retranscription ne doivent pas avoir la main tremblante, et ils doivent avoir une parfaite maîtrise de l'écriture des lettres Hébraïques (j'ai vu un documentaire sur le sujet), une lettre est manqué, c'est toute la page (ou rouleau) qui est jeté. C'est pour cette raison qu'ils emploient beaucoup de Scribes qualifiés, après un certain nombre de minutes, ou sur la demande du scribe, celui-ci est remplacé par un autre qui est frais et dispos.
  2. La retranscription des rouleaux du NT se fait pratiquement de la même façon (je ne suis pas très certain, c'est pour cette raison que je ne commenterai pas plus.
  3. La 3 ième étape c'est la "traduction" des textes Sacrés, ceci est conduit par une "Société" ou une "Commission" de la Bible, celle-ci comporte plusieurs traducteurs. La raison d'avoir plusieurs traducteurs est d'être en mesure de choisir les mots les plus appropriés tout en ayant un "style" littéraire afin que la Bible ne sois pas ennuyeuse à lire, plus la Bible est bien construite, et plus elle a des chance de se vendre en gros volume" dans le prix de vente tout est compris, c'est-à-dire la part qui vont aux traducteurs de la Commission Biblique.


Maintenant, pour s'assurer de l'authentification, ce qui a été établi depuis déjà longtemps, on procède par comparaison, ce procédé demande des mois et des mois de travail. Mais grâce à la Connaissance déjà acquise dans ce milieu, ce qui prendrait des années est réduit au minimum, malheureusement, je ne sais pas combien cela peut prendre de temps.
La Bible de Jérusalem est une petite merveille selon moi, même si c'est une Bible Catholique, je dois dire qu'elle a été produite avec grand soin. Le même soin a été apporté aussi à la Bible protestante Louis Segond, se sont mes 2 Bibles préféré.

Starheater

Stitten

avatar
Le Pape Benoit XVI déclare « JÉSUS EST UN PERSONNAGE FICTIF »

« Comme résultat naturel de ces tentatives, il ressort l’impression que nous savons très peu de choses fiables sur Jésus et que c’est la foi en sa divinité qui a façonné son image après coup.
Est-ce le Jésus de l’histoire qui a donné naissance au Christ de la foi – c’est bien entendu la position classique de l’Eglise catholique (et des autres églises chrétiennes) – ou bien est-ce que le Christ de la foi qui a fait apparaître un Jésus historique ? »
«En conséquence, la Résurrection ne peut pas être un événement historique dans le même sens que la Crucifixion. 
Elle n’est décrite en tant que telle par aucun récit, et sa réalisation n’est pas déterminée autrement que par l’expression de type eschatologique de : » le troisième jour »
 

Joseph Ratzinger alias pape Benoit XVI « Jésus de Nazareth », Les principes de la théologie catholique – Esquisse et matériaux, Téqui 1985.

Starheater


@Stitten a écrit:
Le Pape Benoit XVI déclare « JÉSUS EST UN PERSONNAGE FICTIF »
« Comme résultat naturel de ces tentatives, il ressort l’impression que nous savons très peu de choses fiables sur Jésus et que c’est la foi en sa divinité qui a façonné son image après coup.
Est-ce le Jésus de l’histoire qui a donné naissance au Christ de la foi – c’est bien entendu la position classique de l’Eglise catholique (et des autres églises chrétiennes) – ou bien est-ce que le Christ de la foi qui a fait apparaître un Jésus historique ? »
«En conséquence, la Résurrection ne peut pas être un événement historique dans le même sens que la Crucifixion. 
Elle n’est décrite en tant que telle par aucun récit, et sa réalisation n’est pas déterminée autrement que par l’expression de type eschatologique de : » le troisième jour »
 

Joseph Ratzinger alias pape Benoit XVI « Jésus de Nazareth », Les principes de la théologie catholique – Esquisse et matériaux, Téqui 1985.


Le pape Benoit XVI est un "Rat", c'est inscrit dans les 3 premières lettres de sont nom, ce n'est pas dû au hasard, il a été choisi intentionnellement par Ratzinger. Or, un rat c'est de la "vermine", crois-moi Stitten, je connais ces choses, le mot "zinger" est en réalité un nom de famille. Le mot "rat" en Allemand est: "ratte".
Comme tu peut le voir, il porte bien son nom, mais ce n'est pas tout, son prénom, le 3 premières lettres ont obtiens "ben", c'est un mot Allemand qui veux dire: "Sommet", "Mont" "Pic", "le plus haut point", "Top", les dernières lettres ne sont pas importante.
Les Allemands dans la Bible sont la Tribu de Dan (Danmark), or d'après la Prophétie de Moïse cette Tribu laisse toujours des traces là où elle passe, or le "mark" dans Danmark signifie: "marqué", "repère", "indication" etc...
Ratzinger a fait exactement ce que tout bon Danois (Allemand) fait, il a laissé des traces.

Starheater

Stitten

avatar
Comme avec la flagellation, pour crucifier des victimes nues était une forme ritualisée de fonction d'humiliation sexuelle. Les Évangiles indiquent que Jésus a été enlevé, flagellé, insulté et crucifié ensuite et il n'y a aucune bonne raison de croire que Jésus aurait été une exception à la règle que les victimes ont été crucifiées NUES"
Par exemple, Augustine suppose que Jésus a été crucifié nu. et lit la référence de Paul à Christ étant crucifié dans la faiblesse (2 Corinth 13:4) ) comme une référence à sa nudité.

Starheater


@Wahrani a écrit:
La Bible précise :
« Vous n'ajouterez rien à ce que je vous commande et vous n'en retrancherez rien. Vous obéirez aux Commandements de l'Éternel votre Dieu, que je vous transmets. »  (Deutéronome 4:2)
Le docteur W.Graham Scroggie de la Moody Bible Institute, une prestigieuse mission évangélique située à Chicago, a dit :
« Oui, la Bible est d’origine humaine, bien que certains aient affirmé le contraire, plus par zèle que par érudition.  Les livres qui composent la Bible ont été pensés par des hommes, rédigés dans le langage des hommes, écrits par la main des hommes et leur style est caractéristique de celui des hommes...  C’est un livre humain, mais aussi divin. »
 
Un autre érudit chrétien, Kenneth Cragg, l’évêque anglican de Jérusalem, a dit :
« Dans le Nouveau Testament... [il y a des textes] condensés et révisés, des reproductions de choix et des témoignages.  Les évangiles ont survécu à leurs auteurs et sont demeurés présents dans l’esprit de l’Église.  Ils représentent à la fois l’expérience et l’histoire... »
 
« C’est un fait connu que l’Évangile original fut transmis oralement et que de cette tradition orale ont découlé toutes sortes de variantes.  Il est également vrai que lorsque les faits historiques du christianisme furent mis par écrit, ils continuèrent, oralement, à être l’objet de variantes diverses, volontaires ou non, ce qui eut une influence sur les scribes et les rédacteurs. »
 
« En fait, chaque livre du Nouveau Testament, à l’exception des quatre épîtres de Paul, est, de nos jours, plus ou moins sujet à controverse et diverses insertions y sont maintenues. »
 
Le docteur Lobegott Friedrich Konstantin Von Tischendorf, un des plus inflexibles défenseurs chrétiens de la trinité, dû lui-même admettre :
« Plusieurs passages [du Nouveau Testament] ont subi de si profondes modifications de sens qu’ils nous laissent dans une douloureuse incertitude sur ce que les apôtres avaient réellement écrit. »
 
Après avoir énuméré plusieurs exemples d’affirmations contradictoires dans la Bible, le docteur Frederic Kenyon dit :
« En plus des contradictions flagrantes comme celles [que je viens d’énumérer], il n’y a guère de versets dans lesquels nous ne retrouvons pas de variantes [dans les copies des anciens manuscrits à partir desquels la Bible a été assemblée].  Personne ne peut se dire indifférent à ces ajouts, omissions ou altérations. »
 
Tout au long de ce texte, vous trouverez de nombreuses autres citations d’éminents érudits chrétiens.
 
Les chrétiens sont, de façon générale, de bonnes et honnêtes personnes; et plus leur foi est profonde, meilleurs ils sont.  Le Coran en fait d’ailleurs mention :
 
« Tu trouveras certainement que les juifs et les idolâtres sont les ennemis les plus acharnés des croyants.  Et tu trouveras que les plus disposés à aimer les croyants sont ceux qui disent : « Nous sommes chrétiens. »  C’est qu’ils comptent parmi eux des prêtres et des moines, et qu’ils ne sont point orgueilleux.  Quand ils écoutent ce qui a été révélé au messager, tu vois leurs yeux déborder de larmes, parce qu’ils ont reconnu la vérité.  Ils disent : « Seigneur !  Nous croyons!  Inscris-nous parmi ceux qui témoignent (de la vérité). »  (Coran 5:82-83)
 
Victor Tununensis, un évêque africain du sixième siècle, rapportait, dans sa Chronique (en l’an 566), que lorsque Messala était consul à Constantinople (en 506), il « censura et corrigea » les évangiles des Gentils rédigés par des personnes considérées comme illettrées par l’empereur Anastase.  Ce qui signifie que ces textes furent modifiés dans le but de les rendre conformes au christianisme du sixième siècle qui différait du christianisme des siècles précédents.
 
Ces « corrections » ne se limitent absolument pas aux premiers siècles suivant la mort de Jésus. Sir Higging écrit :
 
« Nous ne pouvons nier que les moines bénédictins de St-Maur étaient très versés en latin et en grec, en plus d’avoir un réel talent pour ces langues.  En outre, ils étaient très nombreux. 
 
Dans l’ouvrage de Cleland intitulé « Life of Lanfranc, Archbishop of Canterbury », il écrit :
«Lanfranc, un moine bénédictin et archevêque de Canterbury, ayant découvert que les Écritures avaient été passablement corrompues par des copistes, s’appliqua à les corriger lui-même et il fit de même avec les écrits des pères, de façon conforme à la foi orthodoxe, secundum fidem orthodoxam. ».
 
En d’autres termes, les Écritures chrétiennes furent réécrites dans le but de les rendre conformes aux doctrines des onzième et douzième siècles, procédé auquel n’échappèrent pas les écrits des premiers pères de l’Église, afin que tout soit uniformisé. 
 
Sir Higgins continue : « Le même ecclésiaste protestant nous offre ce passage remarquable : « L’impartialité exige de moi cette confession : les orthodoxes ont bel et bien altéré certains passages des évangiles. »
 
L’auteur poursuit en racontant comment fut entreprise une vaste campagne à Constantinople, à Rome, à Canterbury et dans le monde chrétien en général, visant à « corriger » les évangiles et à détruire tous les manuscrits datant d’avant cette période.
 
Theodore Zahan a illustré les conflits amers au sein des églises établies dans ses «Articles of the Apostolic Creed» (articles de la foi apostolique). 
Il raconte comment les catholiques romains ont accusé les Grecs orthodoxes d’avoir remanié les Écritures par ajouts ou omissions, ce qui aurait été fait selon eux, à la fois de bonne et de mauvaise foi. Les Grecs orthodoxes, de leur côté, ont accusé les catholiques romains de s’être exagérément éloignés du texte original dans plusieurs passages.
 
En dépit de leurs divergences, cependant, ils unissent leurs forces pour condamner les chrétiens non-conformistes qui «dévient de la vraie voie» et les accusent d’hérésie.  Ces «hérétiques», de leur côté, condamnent les catholiques pour avoir «remanié la vérité de fond en comble comme des faussaires».  L’auteur conclut : «Les faits n’étayent-ils pas ces accusations? »
 
St-Augustin lui-même, homme reconnu et estimé à la fois par les protestants et les catholiques, a affirmé qu’il y avait des doctrines secrètes dans la religion chrétienne et que :
«il y avait de nombreuses vérités dans la religion chrétienne qu’il n’était pas approprié que le commun des mortels sache, et certaines choses qui étaient carrément fausses mais pratique que le commun des mortels y croit.»
 
Sir Higgins admet :
«Il n’est pas injuste de supposer que ces vérités non divulguées recèlent une partie des mystères chrétiens modernes et je crois que nul ne peut nier que l’Église, dont les plus hautes autorités appuyaient de telles doctrines, n’hésiterait pas à remanier à nouveau les écrits sacrés.»
 
Les diverses dénominations chrétiennes ne sont pas mêmes arrivées à un accord sur la définition d’un livre  «Inspiré» par Dieu.  On enseigne aux protestants qu’il y a 66 livres réellement «inspirés» dans la Bible, tandis qu’on enseigne aux catholiques qu’il y en a 73. 
Cela sans compter les nouvelles sectes chrétiennes et leurs livres plus «modernes», comme les Mormons, entre autres. Durant plusieurs générations, les tous premiers chrétiens ne suivaient ni les 66 livres des protestants ni les 73 livres des catholiques, mais croyaient en des livres qui furent, des années plus tard, reconnus comme des fabrications et des apocryphes. Le traducteur doit avoir omis tous ces livres parce qu'ils ne lui semblaient pas assez authentiques.
 
Ward dit: "Rogers, l'un des théologiens protestants les plus distingués, nous donne les noms de plusieurs savants qui rejettent comme apocryphes les livres suivants : l'Epître aux Hébreux, l'Epître de Jacques, la 2ème et la 3e Epître de Jean, l'Epître de Jude, et l' Apocalypse de Jean.
 
Le docteur Bliss dit également que jusqu'au temps d'Eusèbe les livres n'étaient pas tous considérés comme authentiques et soutient que l'Epître de Jacques, celle de Jude, la 2ème Epître de Pierre, la 2ème et la 3e de Jean, ne sont pas de ces Apôtres. L'Epître aux Hébreux resta longtemps douteuse. Les Eglises syriaques n'ont jamais voulu reconnaître ces livres, et les Eglises d'Arabie ont suivi leur exemple".
 
Lardner dit dans le 4ème volume de ses œuvres.
"Cyrille et l'Eglise de Jérusalem de son temps ne reconnaissent pas l'Apocalypse de Jean et le nom de ce livre ne se trouve pas dans le catalogue des livres canoniques écrit par lui".
 
Le même auteur dit : " L'Apocalypse de Jean ne se trouve pas dans l'ancienne version syriaque ; ni Bar-Hebraeus, ni Jacques d'Edesse, n'ont écrit de commentaire sur ce livre". Et Ebedjésu omit de son catalogue la 2ème Epître de Pierre, la 2ème et la 3e de Jean, l'Epître de Jude, et l' Apocalypse de Jean ; et c' est là aussi l'opinion des Syriens".
 
Le Catholic Heralddit: dit que plusieurs théologiens protestants n'admettent pas l'authenticité de l'Apocalypse de Jean, et le Professeur Ewald a prouvé, d'une manière irréfutable, que l'Evangile de Jean, les Epîtres et l'Apocalypse, ne peuvent pas être du même auteur"»
 
Georges Bernard Shaw disait: "C'est le livre le plus dangereux qui soit sur terre. Tenez-le sous clé." Ne le laissez pas à portée de mains innocentes !
 
Attaques contre les musulmans :
Au cours des siècles passés, les missionnaires chrétiens ont attaqué les musulmans sur plusieurs points auxquels, à ma connaissance, ils ont répondu au moins partiellement. Peut-être est-ce aussi la volonté d'Allah que je réponde à ces détracteurs de l'Islam, ne serait-ce qu'en partie. Il est important de ne pas se soustraire à cette responsabilité.
 
C'est donc ce genre de défi qui vient effleurer l'esprit de  Gao G. Harris, auteur de "Comment conduire les musulmans vers le Christ".
Ce missionnaire qui tenta de convertir les musulmans chinois dit de cette façon arrogante et condescendante propre aux occidentaux, dans le chapitre "La théorie ou l'accusation de corruption"
 
"A présent, voici la plus lourde accusation du monde musulman vis-à-vis des Écritures chrétiennes.  Dans ce chapitre, nous supposons que les musulmans ont eux-mêmes évoqué la question de l'authenticité et de la sincérité de nos Écritures. Si cela est le cas, alors avant de défendre notre position, souvenons-nous de cette règle aussi fondamentale. La charge de la preuve revient aux musulmans.".
 
Devions-nous encore ajouter quelque chose ?
Non, mais les propagandistes professionnels ont toujours l'aplomb de faire croire à leurs lecteurs qu'ils ont prouvé que la Bible est incontestablement la Parole de Dieu, dissipant ainsi toute ombre de doute.
 
Ils répondront toujours par "Je sais" et, en ajoutant : "Mais je crois, moi, que c'est la Parole de Dieu !"Leurs exercices sémantiques sont étonnants : tergiversations et jeux de mots.
 

Un cheikh Arabe dit à ce sujet: "Si tels sont les prêtres, alors que Dieu bénisse le Christianisme".


Pour te donner un autre fois mon avis. Je dirais tout simplement que ces sois-disant Chrétiens ou experts, ne sont en réalité qu'une bande d'intellectuel qui ne connaissent rien, et cela, je me fonde sur les mots qu'ils emploient et leurs façons de dénigrer le NT en principe.
Les qualités que les Juifs ont pour la reproduction des livres de l'AT ne sont pas du domaine de la science-fiction, si leur nourriture Kosher est de qualité supérieur, il en est de même pour la préservation des Textes Sacrés. 
Or, se sont des êtres humains pourtant, la même rigueur a été appliqué aux Texte du NT.
Un fait est a noté; il n'y a aucun experts qui offrent la contre-partie. Dans un de mes exposés sur le sujet, j'ai mentionné que ceux qui traduisaient n'était pas tous des "croyants", se sont simplement des experts en langue Grec (NT). Ne pas connaître l'auteur de tel Apôtre n'est pas un signe de mystification, mais plutôt d'humilité, je m'explique: l'Apôtre Pierre ne devait certainement pas être une personne très instruite, cela ne veux pas dire que ceux qui l'accompagnaient ne l'était pas.
Comme tu le sais probablement Wahrani, il y avait dans le temps de Paul, de fausses lettres de Paul qui circulaient. Or Paul en parle dans ses Épîtres, il averti ses fidèles qu'il a une écriture particulière et une façon de parler qu'il est difficile d'imité. Car toutes les lettres de Paul comme ceux des autres Apôtres forment un tout "homogène" qui tend vers la même façon de procéder et de discourir sur des amalgames de sujets qui sont inter-relié.
Ce que les experts n'ont pas remarqué, et ici je me fous bien qu'ils soient Archbishop ou Évêque, qui prouvent que ces Écrits venaient des Apôtres.
Mais avant de t'en parlé, j'aimerais te donné un bon fond pour que tu puisses comprendre pourquoi ceci, et pourquoi cela.
Comme tu dois le savoir, le Christ après être ressuscité, IL n'est pas monté au Ciel immédiatement, IL devait préparé la Parole de Dieu. Or ceci ne se fait pas de façon orale, le NT et le Coran n'ont pas suivi le même chemin. Si pour le Coran, la version orale du Coran fut longtemps le fer de lance de ce Livre, il n'en n'est pas de même pour le NT.
La question "Clé" est: Pourquoi le Christ est resté 40 Jours avec ses Disciples? Là est toute l'explication. Le Christ n'a pas chômé, je suis certain que les Évangiles ont été écrites en sa présence, je dirai même plus, l'ordre dans lequel les Évangélistes figure aujourd'hui sont son Oeuvre, tout cela pour que la Bible forme un Tout cohérent afin qu'ils s'accordent avec le livre de Révélation, j'en établirai la Preuve dans un article que je vais préparé, ceci n'a pas été visible aux yeux des experts que tu as produit. 
Ils existent beaucoup de clés qui réunissent tous les livres que tu as nommés dans un tout homogène qui ne se contredit pas.
Le seul verset qui ne concorde pas avec les Écritures se trouvent dans Matthieu 28:19, ce verset mentionne qu'il faut baptisé au nom de Père, du Fils et Saint Esprit, alors que dans d'autre versets il est stipulé qu'ils doivent tous être Baptisé au Nom du Seigneur Jésus, ce qui est conforme aux Écritures puisqu'il est dit que Dieu a tout remis dans les mains du Seigneur Jésus. Donc il est logique qu'il soit baptisé au Nom du Seigneur Jésus.
Même si les Auteurs de certains livres ne sont pas connus, ce n'est pas un synonyme de manipulations de Textes, puisque le contenu concorde.
Pour ce qui est de l'Épîtres aux Hébreux, ce livre est un chef-d'oeuvre. Par déduction et logique, je crois être parvenu a identifié son Auteur; en fait, il se peut qu'il est 2 Auteurs; Jean et Luc.

  • Les sujets abordés sont traité en Maître.
  • Il n'y a aucune contradiction. 
  • Ce livre est écrit en 13 Chapitres, ce qui est très révélateur
  • L'Auteur est très instruit et s'exprime avec beaucoup de clarté
  • Méthodique comme Luc, éclairé comme Jean


Il se peut qu'ils aient eu de l'aide de Timothée qui se trouvait être moitié Grec et Juif. Il y a aussi Matthieu qui avait un poste à la Douane, un homme très instruit lui aussi. Mais pour ce qui est des 4 Évangiles, je suis certain que le Christ participa à leur élaboration, et surtout à leur emplacement respectif afin qu'il concorde en tout point au Livre de Révélation.

Pour conclure cette autre point de vue concernant la Bible, celle-ci est écrit dans un Seul et même langage, et cela, comme si elle était écrit pas le même Auteur. Juste pour cette raison, on peut distingué qu'elle est Véridique dans son ensemble. 
Comme je l'ai précisé de nombreuses fois, seul Matthieu 28:19 ne fais pas parti des Écritures, pour l'instant, pour ma part, ce verset est un ajout.
Pour ce qui est des Épîtres de Jean et de Pierre etc...ceux-ci conserve le même langage tout en ajoutant des détails de nature historique.


Starheater

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 2]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum