Forum Dialogue Religion Islamo Judéo Chrétienne et autres doctrines
Bienvenue

Afin de profiter pleinement de tout ce que vous offre ce Forum,
Merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de vous inscrire, si vous ne l’êtes pas encore.
Forum Dialogue Religion Islamo Judéo Chrétienne et autres doctrines


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Les Juifs ne Croient pas en Jésus ?

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 2]

1 Les Juifs ne Croient pas en Jésus ? le Mar 21 Juin - 23:16

Wahrani

avatar
Admin
Le judaïsme n’est pas une religion, mais une identité juive, c'est-à-dire une croyance où Dieu s'adresse à un peuple entier. Si Dieu devait faire naître une nouvelle religion, il va de soi qu'Il l'annoncerait à tout le monde, et pas à une seule personne.
Le judaïsme est la seule parmi les grandes croyances a avoir  comme base de la foi le choix d’un peuple (Elu).  
 
Maïmonide énonce (" Fondements de la Torah " 8, 1) :
" Les Juifs n'ont pas cru en Moïse, notre maître, à cause des miracles qu'il a exécutés. Toutes les fois que la croyance de quelqu'un s'appuie sur la contemplation de miracles, elle ne fait que traîner derrière elle des doutes, parce qu'il est possible que les miracles soient accomplis à l'aide de la magie ou de la sorcellerie. Tous les miracles que Moïse a provoqués dans le désert ont été mis en œuvre parce qu'ils étaient nécessaires, et non en tant que preuves de sa prophétie.
 
Quelle a été alors la base de la foi juive ?
La Révélation au mont Sinaï, que nous avons vue de nos propres yeux et entendue de nos propres oreilles, et non comme rapportée par les témoignages de tiers… ainsi qu'il est écrit : "Hachem t'a parlé face à face…"
La Torah dit aussi : "Ce n'est pas avec nos pères que Hachem a conclu cette alliance-là, mais avec nous, ceux de nous qui sommes ici aujourd'hui tous vivants." (Deutéronome 5, 3) "
 
Le judaïsme est l'expérience personnelle en tant que témoin oculaire de chaque homme, femme et enfant qui s'est trouvé au mont Sinaï il y a 3 300 ans.
 
Pendant 2 000 ans, les Juifs ont rejeté la thèse chrétienne qui fait de Jésus un messie. Pourquoi ?
Il est important à comprendre pourquoi les Juifs ne croient pas en Jésus., en tant que Messie parce que :
1) Jésus n'a pas accompli les prophéties messianiques.
2) Jésus n'a pas incarné les qualifications personnelles du Messie.
3) Les versets bibliques que l'on applique à Jésus sont traduits de manière erronée.
4) La foi juive est basée uniquement sur une révélation nationale.
 
Jésus n'était pas un prophète. La prophétie ne peut exister en Israël que lorsque le pays est habité par la plus grande partie du peuple juif. A l'époque d'Ezra - vers l'an 300 avant l'ère commune - quand la majorité des Juifs refusa de quitter Babylone pour retourner en Israël, la prophétie prit fin avec la mort des derniers prophètes - Aggée, Zacharie et Malachie.
 
Jésus est apparu sur la scène de l'histoire environ 350 ans après la fin de la prophétie.
 
Le Messie doit être un descendant du côté paternel du roi David (Voir Genèse 49, 10 et Isaïe 11, 1). Or, selon la thèse des Chrétiens, Jésus est né d'une femme vierge, et donc n'avait pas de père. Il est par conséquent impossible qu'il ait pu satisfaire aux exigences d'une filiation paternelle remontant au roi David !
 
Le Messie conduira le peuple juif à une pleine observance de la Torah. La Torah énonce que toutes les mitswoth resteront toujours en vigueur, et que quiconque voudra changer la Torah sera aussitôt identifié comme un faux prophète (Deutéronome 13, 1-4).
 
Tout au long du Nouveau Testament, Jésus prend le contre-pied de la Torah et affirme que ses enseignements.

http://dialogue-religion.forumalgerie.net

Stitten

avatar
Que représente Jésus pour les juifs
L’histoire juive, est restée dans un silence dirigé au sujet du Juif le plus influent de son histoire. De tous les traitements infligés à Jésus au cours des siècles, peu sont aussi déroutants que ce paradoxe étonnant. 
Car Jésus est né juif; il a vécu sur le sol ancestral de la Palestine. Il a enseigné un petit groupe de disciples, tous juifs comme lui. La langue qu'il parlait était pétrie de tradition et de culture juives.
 
La société de son enfance était juive les pécheurs qu'il fréquentait étaient des pécheurs juifs; il a guéri des malades juifs, nourri des affamés juifs, fait couler du vin à un mariage juif. Le fait que Jésus était un Juif, que son identité juive était profondément ancrée au point de partager les préjugés juifs de ses contemporains.
Jésus est né avec une façon de penser typiquement juive; il était imprégné d'idées juives; la seule Bible qui lui était familière était l'Ancien Testament hébraïque; sa vision apocalyptique était celle du peuple juif.
Aucun juif n'a été aussi enraciné dans son peuple et imprégné de sa culture que Jésus. Et jusqu'à son dernier soupir, il ne s'est pas dérobé au fait qu'il était juif."
 
Un grand nombre de rabbins érudits, mettent généralement en évidence deux points majeurs.
Premièrement, les conceptions chrétiennes qui font de Jésus davantage qu'un simple homme, sont incompatibles avec le judaïsme et inacceptables pour le juif; elles se focalisent essentiellement sur le "Christ chrétien". Deuxièmement, les vertus attribuées à l'homme Jésus, le "Jésus juif", sont des vertus juives caractéristiques, reconnues par le judaïsme et partie intégrante de celui-ci. Ce Jésus juif peut bien avoir été un homme bon, un grand homme, un prophète, un rabbin ou un chef patriotique, mais il n'était ni meilleur ni plus grand que les autres Juifs célèbres, selon ces études.".
 
Il ne peut être ni Dieu ni le Fils de Dieu, au sens où l'entend le dogme de la Trinité. Ces deux notions sont pour le Juif non seulement impies et blasphématoires, mais également incompréhensibles.
Jésus  ne peut pas considérer comme le Messie, car le royaume des cieux (les "jours du Messie") n'est pas encore établi. Il est rangé  parmi les prophètes, car il lui manque la perception politique du prophète juif, 
 
"Selon Jésus, le royaume des cieux est pour le présent. Pour le judaïsme, le royaume des cieux est réservé "pour les derniers jours".
D'après Jésus, le royaume viendra de façon soudaine, "comme un voleur dans la nuit"; le judaïsme le présente comme le terme d'un processus long et douloureux.  .
Pour les juifs, Jésus est un grand moraliste et un maître incomparable dans l'art de raconter les paraboles. Il est le moraliste pour qui, dans la vie religieuse, la morale passe avant tout
Le Jésus des Évangiles, Fils unique et incarnation de Dieu pour les chrétiens, fut dans sa vie humaine un juif, un simple artisan juif. C'est là un fait que nul chrétien n'a le droit d'ignorer. Tout ce que l'on sait de Jésus démontre qu'il était juif. Non pas seulement juif de croyance, de religion. Juif de naissance

Starheater


@Wahrani a écrit:
Le judaïsme n’est pas une religion, mais une identité juive, c'est-à-dire une croyance où Dieu s'adresse à un peuple entier. Si Dieu devait faire naître une nouvelle religion, il va de soi qu'Il l'annoncerait à tout le monde, et pas à une seule personne.
Le judaïsme est la seule parmi les grandes croyances a avoir  comme base de la foi le choix d’un peuple (Elu).  
 
Maïmonide énonce (" Fondements de la Torah " 8, 1) :
" Les Juifs n'ont pas cru en Moïse, notre maître, à cause des miracles qu'il a exécutés. Toutes les fois que la croyance de quelqu'un s'appuie sur la contemplation de miracles, elle ne fait que traîner derrière elle des doutes, parce qu'il est possible que les miracles soient accomplis à l'aide de la magie ou de la sorcellerie. Tous les miracles que Moïse a provoqués dans le désert ont été mis en œuvre parce qu'ils étaient nécessaires, et non en tant que preuves de sa prophétie.
 
Quelle a été alors la base de la foi juive ?
La Révélation au mont Sinaï, que nous avons vue de nos propres yeux et entendue de nos propres oreilles, et non comme rapportée par les témoignages de tiers… ainsi qu'il est écrit : "Hachem t'a parlé face à face…"
La Torah dit aussi : "Ce n'est pas avec nos pères que Hachem a conclu cette alliance-là, mais avec nous, ceux de nous qui sommes ici aujourd'hui tous vivants." (Deutéronome 5, 3) "
 
Le judaïsme est l'expérience personnelle en tant que témoin oculaire de chaque homme, femme et enfant qui s'est trouvé au mont Sinaï il y a 3 300 ans.
 
Pendant 2 000 ans, les Juifs ont rejeté la thèse chrétienne qui fait de Jésus un messie. Pourquoi ?
Il est important à comprendre pourquoi les Juifs ne croient pas en Jésus., en tant que Messie parce que :
1) Jésus n'a pas accompli les prophéties messianiques.
2) Jésus n'a pas incarné les qualifications personnelles du Messie.
3) Les versets bibliques que l'on applique à Jésus sont traduits de manière erronée.
4) La foi juive est basée uniquement sur une révélation nationale.
 
Jésus n'était pas un prophète. La prophétie ne peut exister en Israël que lorsque le pays est habité par la plus grande partie du peuple juif. A l'époque d'Ezra - vers l'an 300 avant l'ère commune - quand la majorité des Juifs refusa de quitter Babylone pour retourner en Israël, la prophétie prit fin avec la mort des derniers prophètes - Aggée, Zacharie et Malachie.
 
Jésus est apparu sur la scène de l'histoire environ 350 ans après la fin de la prophétie.
 
Le Messie doit être un descendant du côté paternel du roi David (Voir Genèse 49, 10 et Isaïe 11, 1). Or, selon la thèse des Chrétiens, Jésus est né d'une femme vierge, et donc n'avait pas de père. Il est par conséquent impossible qu'il ait pu satisfaire aux exigences d'une filiation paternelle remontant au roi David !
 
Le Messie conduira le peuple juif à une pleine observance de la Torah. La Torah énonce que toutes les mitswoth resteront toujours en vigueur, et que quiconque voudra changer la Torah sera aussitôt identifié comme un faux prophète (Deutéronome 13, 1-4).
 
Tout au long du Nouveau Testament, Jésus prend le contre-pied de la Torah et affirme que ses enseignements.


Je comprend ton point de vue Wahrani, toutefois, il y a des faits qu'il faut tenir compte; Marie était Juive, elle était donc une descendante de David, car tous les Juifs sont des descendants de David. Or la paternité de Joseph se fait par Marie son épouse puisque la Bible dit:
Genèse 2:24  C’est pourquoi l’homme quitte son père et sa mère et s’attache à sa femme, et ils deviennent une seule chair.

C'est ainsi que le Christ fut intégré à la généalogie de Matthieu, et s'il y a des contradictions dans cette généalogie, c'est que les Écritures ont subit des altérations. Pour moi il est certain que Matthieu 28:19 est un ajout, car il contredit 5 à 6 autres versets qui prétend le contraire, les Catholiques peut-être?

Ici, je dois vous rendre compte d'une erreur que j'ai commise, et elle n'est pas petit. J'avais affirmé sur l'autre site que les 3 Épîtres de Jean étaient des rajouts, je me suis tromper, veillez m'en excuser.


Starheater

Stitten

avatar
Selon la loi juive, l'adoration d'une divinité en trois parties est considérée comme une forme d'idolâtrie, l'un des trois péchés capitaux dont un Juif doit se garder même au péril de sa vie. Cela explique pourquoi, pendant l'Inquisition et à travers l'histoire, les Juifs ont sacrifié leurs vies plutôt que se convertir.

Le rapport du Vatican publié jeudi appelant à ne pas convertir les Juifs car ils n’ont pas besoin de  croire en Jésus pour être sauvés

Un rabbin avait conclu ;
« Qui plus est le peuple juif a quelques comptes à régler avec l’Église catholique.»  

L’Église Catholique posséderait des listes d’enfants juifs de la période de l’Holocauste qui auraient probablement été convertis, et qu’elle refuse de montrer aux Juifs. »

Pat ailleurs on voit également dans le Nouveau Testament que même les frères de Jésus ne croient pas en lui

(Jean 7.1-9)
7 Après cela, Jésus parcourait la Galilée, car il ne voulait pas séjourner en Judée, parce que les Juifs cherchaient à le faire mourir.
2 Or, la fête des Juifs, la fête des Tabernacles, était proche. 3 Et ses frères lui dirent: Pars d’ici, et va en Judée, afin que tes disciples voient aussi les œuvres que tu fais. 4 Personne n’agit en secret, lorsqu’il désire paraître: si tu fais ces choses, montre-toi toi-même au monde. 5 Car ses frères non plus ne croyaient pas en lui. 6 Jésus leur dit: Mon temps n’est pas encore venu, mais votre temps est toujours prêt. 7 Le monde ne peut vous haïr; moi, il me hait, parce que je rends de lui le témoignage que ses œuvres sont mauvaises. 8 Montez, vous, à cette fête; pour moi, je n’y monte pas [encore], parce que mon temps n’est pas encore accompli. 9 Après leur avoir dit cela, il resta en Galilée.

Starheater


@Stitten a écrit:
Selon la loi juive, l'adoration d'une divinité en trois parties est considérée comme une forme d'idolâtrie, l'un des trois péchés capitaux dont un Juif doit se garder même au péril de sa vie. Cela explique pourquoi, pendant l'Inquisition et à travers l'histoire, les Juifs ont sacrifié leurs vies plutôt que se convertir.
Le rapport du Vatican publié jeudi appelant à ne pas convertir les Juifs car ils n’ont pas besoin de  croire en Jésus pour être sauvés
Un rabbin avait conclu ;
« Qui plus est le peuple juif a quelques comptes à régler avec l’Église catholique.»  
L’Église Catholique posséderait des listes d’enfants juifs de la période de l’Holocauste qui auraient probablement été convertis, et qu’elle refuse de montrer aux Juifs. »
Pat ailleurs on voit également dans le Nouveau Testament que même les frères de Jésus ne croient pas en lui
(Jean 7.1-9)
7 Après cela, Jésus parcourait la Galilée, car il ne voulait pas séjourner en Judée, parce que les Juifs cherchaient à le faire mourir.
2 Or, la fête des Juifs, la fête des Tabernacles, était proche. 3 Et ses frères lui dirent: Pars d’ici, et va en Judée, afin que tes disciples voient aussi les œuvres que tu fais. 4 Personne n’agit en secret, lorsqu’il désire paraître: si tu fais ces choses, montre-toi toi-même au monde. 5 Car ses frères non plus ne croyaient pas en lui. 6 Jésus leur dit: Mon temps n’est pas encore venu, mais votre temps est toujours prêt. 7 Le monde ne peut vous haïr; moi, il me hait, parce que je rends de lui le témoignage que ses œuvres sont mauvaises. 8 Montez, vous, à cette fête; pour moi, je n’y monte pas [encore], parce que mon temps n’est pas encore accompli. 9 Après leur avoir dit cela, il resta en Galilée.


Tu as raison Stitten, sauf en ce qui concerne le plus jeune de ses frères, celui que la Bible de Jérusalem, celui-ci est Jacques, il écrivit un Épître dans la Bible:
Marc 6:3  Celui-là n’est-il pas le charpentier, le fils de Marie, le frère de Jacques, de Joset, de Jude et de Simon? Et ses soeurs ne sont-elles pas ici chez nous? Et ils étaient choqués à son sujet.

Si ma mémoire est bonne, ses soeurs étaient Marie et Salomé. Je ne suis pas certain pour ce qui est de Marie.



Starheater

Stitten

avatar
@Starheater a écrit:
@Stitten a écrit:
Selon la loi juive, l'adoration d'une divinité en trois parties est considérée comme une forme d'idolâtrie, l'un des trois péchés capitaux dont un Juif doit se garder même au péril de sa vie. Cela explique pourquoi, pendant l'Inquisition et à travers l'histoire, les Juifs ont sacrifié leurs vies plutôt que se convertir.
Le rapport du Vatican publié jeudi appelant à ne pas convertir les Juifs car ils n’ont pas besoin de  croire en Jésus pour être sauvés
Un rabbin avait conclu ;
« Qui plus est le peuple juif a quelques comptes à régler avec l’Église catholique.»  
L’Église Catholique posséderait des listes d’enfants juifs de la période de l’Holocauste qui auraient probablement été convertis, et qu’elle refuse de montrer aux Juifs. »
Pat ailleurs on voit également dans le Nouveau Testament que même les frères de Jésus ne croient pas en lui
(Jean 7.1-9)
7 Après cela, Jésus parcourait la Galilée, car il ne voulait pas séjourner en Judée, parce que les Juifs cherchaient à le faire mourir.
2 Or, la fête des Juifs, la fête des Tabernacles, était proche. 3 Et ses frères lui dirent: Pars d’ici, et va en Judée, afin que tes disciples voient aussi les œuvres que tu fais. 4 Personne n’agit en secret, lorsqu’il désire paraître: si tu fais ces choses, montre-toi toi-même au monde. 5 Car ses frères non plus ne croyaient pas en lui. 6 Jésus leur dit: Mon temps n’est pas encore venu, mais votre temps est toujours prêt. 7 Le monde ne peut vous haïr; moi, il me hait, parce que je rends de lui le témoignage que ses œuvres sont mauvaises. 8 Montez, vous, à cette fête; pour moi, je n’y monte pas [encore], parce que mon temps n’est pas encore accompli. 9 Après leur avoir dit cela, il resta en Galilée.


Tu as raison Stitten, sauf en ce qui concerne le plus jeune de ses frères, celui que la Bible de Jérusalem, celui-ci est Jacques, il écrivit un Épître dans la Bible:
Marc 6:3  Celui-là n’est-il pas le charpentier, le fils de Marie, le frère de Jacques, de Joset, de Jude et de Simon? Et ses soeurs ne sont-elles pas ici chez nous? Et ils étaient choqués à son sujet.

Si ma mémoire est bonne, ses soeurs étaient Marie et Salomé. Je ne suis pas certain pour ce qui est de Marie.



Starheater
Des questions se posent alors :
Jésus a-t-il eu des frères et sœurs ? N'est-il pas le fils aîné de Marie ?
Est-il le seul fils de Marie ? Marie n'est elle pas mère de famille nombreuse 
A cela l'Eglise répond en affirmant que Marie est "toujours Vierge" et qu'il s'agit d'une affirmation importante dont elle a fait un dogme de la foi catholique. Pourquoi ?

L’Eglise confesse que Marie est « toujours Vierge »
La virginité perpétuelle de Marie exprime que la conception et la naissance de Jésus ont été miraculeuses et que Marie est restée vierge ensuite, sans donner vie à d’autres enfants.
La virginité de Marie signifie sa consécration totale à Dieu, corps et âme, dans le prolongement du « oui » donné à l’Incarnation Marie était une âme toute entière consacrée à Jésus et à sa mission dans l’histoire du salut. Elle a conçu Jésus dans son corps mais elle l’avait avant conçu dans son cœur  et pleinement ouverte à l’action créatrice de l’Esprit Saint, elle attendait tout de Dieu : telle est la sublime signification de sa totale virginité.
Les évangélistes insistent sur la conception virginale de Jésus. La virginité pendant et après l’enfantement a été ensuite affirmée par tous les Pères sauf Tertullien, en particulier saint Ambroise et saint Augustin,   Saint Jérôme réfuta Helvidius qui proposait Marie comme modèle des mères de familles nombreuses. Saint Thomas d’Aquin pourra dire :
"C’est une abomination l’erreur d’Helvidius qui dit que Marie engendra d’autres fils à Joseph". (Saint Jérôme défend la virginité de Marie).
Le second Concile de Constantinople (en 553) précisa que Marie est « toujours vierge », puis le Concile du Latran (en 649) reçu par toutes les Eglises, le réaffirma. Pie XII l’a rappelé en proclamant « ex cathedra » le dogme de l’Assomption.
Le Concile Vatican II dit que Marie se consacre entièrement à l’œuvre de son Fils qui dure jusqu’au salut de tous les hommes (LG 56
et que « l’enfantement n’a pas lésé la virginité de Marie mais il l’a consacrée » (LG 57). 
Marie est Vierge non seulement pour être la mère du divin rédempteur mais pour devenir pour nous, dans l’ordre de la grâce, notre Mère (LG 61).
Mais pour les maîtres à penser de l’ Église, Jacques devint une source d'embarras, une sorte d'anomalie dans l'histoire de l'Église telle qu'ils souhaitaient la reconstituer. D'abord, Jacques était appelé partout le frère du Seigneur alors que Jésus n'était plus supposé avoir eu de frères.
Ensuite, le rôle de Jacques dans l'Église primitive remettait en cause le schéma selon lequel c'est à Pierre que Jésus a transmis la responsabilité de l'Église et contredit aussi la primauté que l’église lui accorde.  

Starheater


@Stitten a écrit:
@Starheater a écrit:


Tu as raison Stitten, sauf en ce qui concerne le plus jeune de ses frères, celui que la Bible de Jérusalem, celui-ci est Jacques, il écrivit un Épître dans la Bible:
Marc 6:3  Celui-là n’est-il pas le charpentier, le fils de Marie, le frère de Jacques, de Joset, de Jude et de Simon? Et ses soeurs ne sont-elles pas ici chez nous? Et ils étaient choqués à son sujet.

Si ma mémoire est bonne, ses soeurs étaient Marie et Salomé. Je ne suis pas certain pour ce qui est de Marie.



Starheater
Des questions se posent alors :
Jésus a-t-il eu des frères et sœurs ? N'est-il pas le fils aîné de Marie ?
Est-il le seul fils de Marie ? Marie n'est elle pas mère de famille nombreuse 
A cela l'Eglise répond en affirmant que Marie est "toujours Vierge" et qu'il s'agit d'une affirmation importante dont elle a fait un dogme de la foi catholique. Pourquoi ?
L’Eglise confesse que Marie est « toujours Vierge »
La virginité perpétuelle de Marie exprime que la conception et la naissance de Jésus ont été miraculeuses et que Marie est restée vierge ensuite, sans donner vie à d’autres enfants.
La virginité de Marie signifie sa consécration totale à Dieu, corps et âme, dans le prolongement du « oui » donné à l’Incarnation Marie était une âme toute entière consacrée à Jésus et à sa mission dans l’histoire du salut. Elle a conçu Jésus dans son corps mais elle l’avait avant conçu dans son cœur  et pleinement ouverte à l’action créatrice de l’Esprit Saint, elle attendait tout de Dieu : telle est la sublime signification de sa totale virginité.
Les évangélistes insistent sur la conception virginale de Jésus. La virginité pendant et après l’enfantement a été ensuite affirmée par tous les Pères sauf Tertullien, en particulier saint Ambroise et saint Augustin,   Saint Jérôme réfuta Helvidius qui proposait Marie comme modèle des mères de familles nombreuses. Saint Thomas d’Aquin pourra dire :
"C’est une abomination l’erreur d’Helvidius qui dit que Marie engendra d’autres fils à Joseph". (Saint Jérôme défend la virginité de Marie).
Le second Concile de Constantinople (en 553) précisa que Marie est « toujours vierge », puis le Concile du Latran (en 649) reçu par toutes les Eglises, le réaffirma. Pie XII l’a rappelé en proclamant « ex cathedra » le dogme de l’Assomption.
Le Concile Vatican II dit que Marie se consacre entièrement à l’œuvre de son Fils qui dure jusqu’au salut de tous les hommes (LG 56
et que « l’enfantement n’a pas lésé la virginité de Marie mais il l’a consacrée » (LG 57). 
Marie est Vierge non seulement pour être la mère du divin rédempteur mais pour devenir pour nous, dans l’ordre de la grâce, notre Mère (LG 61).
Mais pour les maîtres à penser de l’ Église, Jacques devint une source d'embarras, une sorte d'anomalie dans l'histoire de l'Église telle qu'ils souhaitaient la reconstituer. D'abord, Jacques était appelé partout le frère du Seigneur alors que Jésus n'était plus supposé avoir eu de frères.
Ensuite, le rôle de Jacques dans l'Église primitive remettait en cause le schéma selon lequel c'est à Pierre que Jésus a transmis la responsabilité de l'Église et contredit aussi la primauté que l’église lui accorde.  


Cher ami Stitten, tu sais comme moi que c'est un mensonge de plus aux actifs de la Grande Prostituée qu'est Rome. Une femme ne peut pas rester vierge après la naissance d'un enfant, c'est impossible à cause de la largeur des "épaules". Un enfantement normal commence toujours par la tête, même si la tête aurait passé, il aurait été difficile de faire passé les épaules qui sont plus large que la tête, le Seigneur Jésus serait mort étranglé. Ça n'a aucun sens, c'est de la présomption, du délire Catholique, il y a une limite à l'élasticité du voile virginale. C'est comme si les Catholiques prétendrait que la Vierge Marie était "Supergirl", c'est complètement contre la Nature que Dieu à fait et contre la Raison humaine.


Starheater

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 2]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum