Debat Culturel Inter Religieux
Débat Culturel Inter Religieux
Ce forum n'a pas pour but de condamner, de juger ou encore moins à critiquer qui que ce soit, aucune croyance, religion ou personne. Ce forum par une étude et une recherche a pour but de partager des grandes vérités cachées et de donner l’opportunité de voir et de juger par soi-même.
Ce Forum représente ma propre croyance en ce que j'ai appris et vu lors de l'étude des Religions Je suis très reconnaissant pour l’enseignement colossale qui en résulte et que ce forum fournit maintenant et dans laquelle je crois vraiment, je partage la recherche d’une vérité cachée et oubliée de la Bible, dans l'Ancien Testament et le Nouveau Testament, et quelle est la vraie relation et connexion entre judaïsme, christianisme et islam ?
Pour être en mesure de voir comment ces vrais faits solides sont les pièces manquantes qui rapprochent les croyances, qui nous concerne tous d’une manière ou d’une autre au quotidien et apportent des réponses aux questions que beaucoup d’entre nous posent.
Wahrani
Debat Culturel Inter Religieux

-22%
Le deal à ne pas rater :
117 couches Pampers Harmonie – Taille 2
31.33 € 40.00 €
Voir le deal

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Debat Culturel Inter Religieux » Christianisme » La crucifixion de Jésus

La crucifixion de Jésus

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

8La crucifixion de Jésus  - Page 2 Empty Re: La crucifixion de Jésus le Lun 2 Juil - 17:40

Wahrani


Admin
Dès les premiers temps de l’Église, des Chrétiens n’y ont point cru, sentant très bien ils ont nié même la mort de leur divin Maître.
En conséquence les sectateurs de Basilide assuraient que Jésus, au temps de sa passion, prit la figure de Simon le Cyrénéen, et lui donna la sienne, sous laquelle le dit Simon fut crucifié pour lui, tandis que le Christ, qui les voyait faire sans être vu, se moquait de leur méchanceté.
V. St Irenaeus Lib. I. cap. 23. St Epiph. hœres. XXIV, num. 3.
 
Les Cérinthiens, ou disciples de Cérinthe, qui étaient contemporains des Apôtres, et les Carpocratiens, niaient pareillement que Jésus eût été réellement crucifié.
 
Quelques-uns ont prétendu que le traître Judas fut supplicié en la place de son maître. Cependant ces sectaires regardaient le Christ comme un pur homme, & non pas comme un Dieu. Voilà donc des Chrétiens contemporains des Apôtres, tout hérétiques qu’ils étaient, croyant en Jésus-Christ, & qui pourtant ont douté de sa mort.
 
V. M. de Tillemont Tome II. Page 221. St Epiphane Hom. 24, 28, 30. Theodoret. Hoeretic. fab. Lib. I

http://dialogue-religion.forumalgerie.net

9La crucifixion de Jésus  - Page 2 Empty Re: La crucifixion de Jésus le Jeu 5 Juil - 16:37

Wahrani

Wahrani
Admin
Il est devenu coutume chez les chrétiens d'affirmer que la
«Crucifixion de jésus est une vérité prouvée par les faits historiques ».
Cependant, ces « faits historiques » présentés sont les récits qui se trouvent uniquement que dans le nouveau testament aussi de ce fait les récits bibliques de la crucifixion n'ont aucune valeur historique, pour plusieurs raisons :
D’abord il s'agit de récits de personnes témoignant de leur foi et non des personnes ayant un recul objectif et rapportant l’histoire.
Ensuite on sait qu’aucun de ces auteurs n'a été témoin oculaire de la crucifixion.
 
Témoignage de l'histoire, les Basilidiens au commencement du christianisme niaient que Jésus-Christ eut souffert la mort lui même : ils disaient que Simon de Cyrène avait été crucifié à sa place.
les Carpocratiens qui les ont suivi pour ne pas citer d'autres de ceux qui croyaient que Jésus-Christ n'avait été qu'un homme ordinaire , ont cru pareillement qu'il n'avais pas été crucifié , mais bien un de ses disciples qui lui ressemblait . »

http://dialogue-religion.forumalgerie.net

10La crucifixion de Jésus  - Page 2 Empty Re: La crucifixion de Jésus le Lun 9 Juil - 14:29

Stitten

Stitten
Je tiens à préciser que bien avant l’avènement de l’Islam, il a y eu des écrivains qui combattirent le christianisme au cours des premiers siècles pour ne citer  entre autres que Celse et Porphyre.
  
Pour Celse, dans son ouvrage Discours véritable où il attaquait le christianisme naissant par du raisonnement et du ridicule et le considère comme une doctrine barbare, absurde, élaborée par des gens sans culture chez qui, d'ailleurs, elle recrute le gros de ses partisans affectent de mépriser les lois, les coutumes, la science.
 
Celse écrivit que : les chrétiens ont trouvé parmi les juifs un nouveau Moïse qui les a séduits mieux encore. Il passe auprès d’eux pour le fils de Dieu et il est l’auteur de leur nouvelle doctrine. On sait comment il a fini. Vivant, il n’avait rien pu faire pour lui-même ; mort, dites-vous, il ressuscita et montra les trous de ses mains. Mais qui a vu tout cela ?
 
Pour Celse, c’est la femme fanatique, qui, en croyant voir le Sauveur, a été la cause de la fondation du christianisme.
Pour  Ernest Renan, c’est :
«La passion d’une hallucinée donne au monde un Dieu ressuscité
 
D’autres ont imaginé une véritable imposture : Jésus-Christ ne serait pas mort de la crucifixion; il serait sorti vivant du tombeau, et se serait montré à ses apôtres
 
Selon Porphyre qui fut le plus redoutable adversaire que le christianisme ait trouvé durant les premiers siècles, les évangélistes sont les inventeurs, non les historiens, des choses qu'ils racontent de Jésus. Pour l'établir, il épluche les évangiles afin d'en mettre en lumière les oppositions qu'il y peut trouver: faits, circonstances, chronologie, etc.
 
Il s'en prend aux apôtres, gens rustres et pauvres hommes : surtout à Pierre qui avait tremblé devant une servante et qui, cependant, est devenu le chef  des disciples
Mais, surtout, il s'attaque à l'histoire du Christ, épluche les textes, en accentue les oppositions, critique les actions, les miracles de Jésus ; sa résignation au cours de sa Passion, son silence sous les outrages l'irritent ; il déclare inopérantes les apparitions du Ressuscité à d'humbles femmes, alors que, selon lui, elles auraient dû se produire chez Pilate, Hérode, Caïphe et même au Sénat romain.
 
Comme Celse, Porphyre reproche aux chrétiens de s'attacher à une foi irrationnelle. L'Incarnation n'a aucun sens pour lui ; la pratique du baptême administré à des adultes dont il efface les souillures lui parait immorale.
 
Il traite de cannibalisme le rite eucharistique. Il s'attaque surtout au dogme de la résurrection à cause de l'importance capitale qu'il a pour les chrétiens. Il passe au crible de sa critique la morale chrétienne, les réunions des chrétiens, leur charité.

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 
  •  |