Debat Culturel Inter Religieux
Débat Culturel Inter Religieux
Ce forum n'a pas pour but de condamner, de juger ou encore moins à critiquer qui que ce soit, aucune croyance, religion ou personne. Ce forum par une étude et une recherche a pour but de partager des grandes vérités cachées et de donner l’opportunité de voir et de juger par soi-même.
Ce Forum représente ma propre croyance en ce que j'ai appris et vu lors de l'étude des Religions Je suis très reconnaissant pour l’enseignement colossale qui en résulte et que ce forum fournit maintenant et dans laquelle je crois vraiment, je partage la recherche d’une vérité cachée et oubliée de la Bible, dans l'Ancien Testament et le Nouveau Testament, et quelle est la vraie relation et connexion entre judaïsme, christianisme et islam ?
Pour être en mesure de voir comment ces vrais faits solides sont les pièces manquantes qui rapprochent les croyances, qui nous concerne tous d’une manière ou d’une autre au quotidien et apportent des réponses aux questions que beaucoup d’entre nous posent.
Wahrani
Debat Culturel Inter Religieux


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Debat Culturel Inter Religieux » Christianisme » Qui est le serviteur souffrant du Livre d’ Ésaïe ?

Qui est le serviteur souffrant du Livre d’ Ésaïe ?

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Wahrani

Wahrani
Admin
Les chrétiens évangéliques nous disent souvent que l'Ancien Testament de la Bible contient un grand nombre de prophéties sur Jésus, que le Messie a été annoncé bien à l'avance, et que les différents prophètes de l'Ancien Testament ont prévu plusieurs siècles à l'avance bien des détails de la vie de Jésus.
Qu'en est-il exactement ?
On constate que certaine de ces prophéties montraient bien souvent, que le texte considéré comme une "prophétie" est pris hors de son contexte par les auteurs du Nouveau Testament, et que remis dans son contexte, on se rend compte que le verset n'a absolument rien à voir avec Jésus, mais que son sens a été forcé de manière à y voir à tout prix une allusion à un événement supposé de la vie du Christ. Les chrétiens considèrent fortement que l’écrit d’Ésaïe 53 comme une prophétie concernant la crucifixion de Jésus et surtout comme un exemple célèbre d'une prophétie messianique revendiquée par des chrétiens. Cette prophétie parle d'un "serviteur souffrant" qui souffre des péchés d'autrui.
Ésaïe est considéré par les Juifs comme étant l’un des prophètes les plus importants de la Bible hébraïque. Son livre contient la plupart des prophéties concernant la venue du Messie. Ésaïe a exercé son activité entre 740 et 700 avant J.-C, ainsi le judaïsme suppose d’appliquer Ésaïe 53 au peuple d’Israël dans son ensemble. Le ‘serviteur’ de ce texte serait une incarnation d’Israël, souffrant pour le rachat du monde.
L'identité de serviteur a généré des siècles de débat. Chrétiens considèrent le passage comme une prophétie de Jésus, ils soulignent le verset 5 en particulier comme une référence à la torture de Jésus et a sa crucifixion. Les Chrétiens lient le serviteur souffrant avec la figure de Messie et soutiennent que Jésus associe les deux. Les juifs à leur tour, voient le serviteur souffrant comme distinct du Messie. Le serviteur, croient-ils, serai le peuple d'Israël, qui souffre comme une communauté dans le monde entier. Certains interprètes ont également fait valoir que le serviteur est le prophète Isaïe lui-même, qui souffre au nom du peuple ou encore le patriarche Joseph fils de Jacob.
Mais les chrétiens disent que Jésus accomplit cette prophétie par sa mort sur la croix, cette revendication repose sur des versets appliqués à Jésus dans le Nouveau Testament, tels que Matthieu 8:17, « afin que s'accomplît ce qui avait été annoncé par Esaïe, le prophète: Il a pris nos infirmités, et il s'est chargé de nos maladies» tirés d'Esaïe 53, les chrétiens comprennent le verset suivant comme parlant de Jésus:
53.5 Mais lui, il a été percé à cause de nos péchés, écrasé à cause de nos iniquités ; le châtiment qui nous donne la paix a été sur lui, et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris.
L’idée semble être que la personne supposée être Jésus meurt pour offrir le salut, plutôt que le serviteur souffre d’infirmités qui provoquent le mépris et l’incrédulité, mais la haine de son peuple s’acharne contre lui, et il finit par succomber à une mort violente. Le verset mentionne également qu'il est "écrasé"!  
Jésus a t-il été écrasé?
Jésus n'a jamais été «écrasé»?
Par ailleurs Ésaïe 53:5 suggère que les blessures sont la source de la guérison. Il dit que «nous sommes guéris par les blessures».  Il est réducteur de prétendre qu'Ésaïe 53 parle de la prétendue crucifixion de Jésus pour guérir la race humaine tout entière.
Donc qui est ce "serviteur souffrant» ?
Le rabbin Bentzion Kravitz, auteur du livre «La réponse juive aux missionnaires», a démontré que le passage d’ Ésaïe 53 est délibérément mal traduit dans des Bibles chrétiennes pour appuyer des concepts théologiques.
L'original hébreu représente une image différente. Par exemple, la préposition “mi” dans Esaïe 53: 5 et 53: 8 est couramment traduite par “pour”. La signification de “mi” n'est pas “pour” mais plutôt “de” ou “à cause de”.
Ainsi, The Complete Tanakh-Hebrew Bible traduit Ésaïe 53: 5 en ces termes: «Mais il était peiné à cause de nos transgressions, écrasé à cause de nos iniquités; le châtiment de notre bien-être était sur lui, et avec sa blessure nous avons été guéris.
Un autre exemple d'erreur de traduction est Ésaïe 53: 8 est alors: "à cause de la transgression de mon peuple, une peste les a frappés."
Ésaïe 53 semble être considéré par les Juifs comme faisant référence à Israël en tant que nation et sur cette base, le serviteur est présenté comme une entité collective et non comme une personne. Cette affirmation est réaffirmée par le fait que le mot hébreu pour «mort» se trouve dans le verset suivant d'Ésaïe 53: 9: «Il tira sa tombe avec les méchants et les riches dans sa mort» est au pluriel.
Les Religieux juifs soutiennent que le serviteur souffrant est en réalité Israël. En effet, plusieurs fois dans le livre d'Isaïe, la nation d'Israël est appelée servante, entre autres raisons. Des versets bibliques qui se réfèrent à Israël en tant que «serviteur», dont beaucoup sont tirés du livre d' Isaïe, tels que 41: 8, 44: 1, 44: 21 et 49: 3, comme il me l'a dit: «Tu es mon serviteur, Israël, en qui je déploierai toute ma splendeur. »
Cela n'empêche certainement pas Israël en tant que peuple, car trop souvent Isaïe et Michée le décrivent comme juste en contraste avec les nations païennes qui le persécutent, bien qu'Israël soit certainement coupable de ses propres péchés envers Dieu (Esaïe 26: 2,13; 40:31; 49:23; 51: 7; 54:17; 60:21; 62: 2; Michée 7: 8,9).
Le «serviteur» en question est en réalité la nation d'Israël. Les religieux juifs soutiennent également que le verset 10 ne peut décrire Jésus. Le verset dit: Et le Seigneur voulut l'écraser, il le rendit malade; si son âme se restitue, il verra des enfants, il prolongera ses jours et le dessein de Dieu prospérera entre ses mains.
Cette description est incompatible avec la vie courte et sans enfant de Jésus. La semence biblique a été décrite en termes d'enfants.  Quelle progéniture  avait Jésus?
Esaïe 52, verset 14, dit à propos du serviteur souffrant que «son apparence était tellement ternie au-delà de la ressemblance humaine et sa forme au-delà des fils des hommes»  La forme de Jésus-Christ était-elle ternie au-delà de la ressemblance humaine? Les chrétiens n'ont pas d'images de Jésus-Christ qu'ils prétendent être vraiment à lui.
N'avait-il pas l'air humain?
Enfin les versets 1 à 9 sont décrits au passé, le serviteur ayant déjà souffert.
Dans le contexte d'Ésaïe 53 et plus particulièrement dans le contexte du verset 8, la phrase «car il a été coupé du pays des vivants» n'a pas d'application littérale ou métaphorique particulière à Jésus.
Il faut pourtant se poser la question suivante : le fait que les évangiles fassent des parallèles entre la vie de Jésus et des passages de l’Ancien Testament prouve-t-il que les prophètes annonçaient bien Jésus ?
Autrement dit, se pourrait-il que les évangélistes aient recyclé des textes qui ne s’appliquaient absolument pas à Jésus, et ce dans le but de convaincre leurs auditeurs qu’il était bien le Christ ?
Aujourd’hui dans les synagogues, des passages des Prophètes sont lus à voix haute à chaque sabbat, spécialement Ésaïe. Mais le chapitre 53 n’est pas lu; L’omission est intentionnelle et frappante, on devine facilement pourquoi. C’est à cause de l’interprétation du ‘serviteur souffrant’ qu’en donnent les chrétiens. Les religieux du judaïsme ont jugé ce chapitre dangereux. Il est donc retiré, caché, omis volontairement de presque toute la littérature rabbinique. Les dirigeants du judaïsme ont jugé ce chapitre dangereux. Il est donc escamoté, caché, omis volontairement de presque toute la littérature rabbinique
Jésus est un Juif comme l’auraient voulu certains savants juifs qui ont vu dans son nom, Yéshou, un acronyme pour l’expression hébraïque yemach shemo vezichro: «que son nom et sa mémoire soient effacés».
Pour conclure je dirai que les chrétiens, en voulant trouver une validité prophétique à Jésus dans le texte de la Bible, ne forcent-ils pas le texte ?

http://dialogue-religion.forumalgerie.net

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 
  •  |