Debat Culturel Inter Religieux
Débat Culturel Inter Religieux
Ce forum n'a pas pour but de condamner, de juger ou encore moins à critiquer qui que ce soit, aucune croyance, religion ou personne. Ce forum par une étude et une recherche a pour but de partager des grandes vérités cachées et de donner l’opportunité de voir et de juger par soi-même.
Ce Forum représente ma propre croyance en ce que j'ai appris et vu lors de l'étude des Religions Je suis très reconnaissant pour l’enseignement colossale qui en résulte et que ce forum fournit maintenant et dans laquelle je crois vraiment, je partage la recherche d’une vérité cachée et oubliée de la Bible, dans l'Ancien Testament et le Nouveau Testament, et quelle est la vraie relation et connexion entre judaïsme, christianisme et islam ?
Pour être en mesure de voir comment ces vrais faits solides sont les pièces manquantes qui rapprochent les croyances, qui nous concerne tous d’une manière ou d’une autre au quotidien et apportent des réponses aux questions que beaucoup d’entre nous posent.
Wahrani
Debat Culturel Inter Religieux

Le deal à ne pas rater :
20% de remise supplémentaire sur les Soldes Nike
Voir le deal

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Debat Culturel Inter Religieux » Islam » Le Qur’an a-t-il confondu la Sœur de Moïse, avec Mériem, la mère de Jésus ?

Le Qur’an a-t-il confondu la Sœur de Moïse, avec Mériem, la mère de Jésus ?

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Stitten

Stitten
Certainement pas !!!!!
Comme le Qur’an est la parole de Dieu, chaque mot est soigneusement sélectionné et utilisé avec précision et surtout Il ne contient aucun type d'exagération ou de confusion !
On sait que depuis Jean Damascène, le Qur’an a été accusé de falsification. La même idée a été reprise par divers missionnaires chrétiens qui ont repris cette charge. Les critiques de l'islam ont déduit un anachronisme. et les mêmes accusations se répètent sous différentes formes et styles, certains diront qu’une erreur apparente dans le Qur’an par laquelle Mériem, la mère de Jésus, était également supposée être Mériem, la soeur de Moïse et d'Aaron,
Le Qur’an n’est pas resté indifférent à de telles attaques. Il considère correctement de telles accusations puis réfute.
«Est-ce qu'ils disent:" Il a formulé un mensonge à propos de Dieu? »   (Qur’an 42:24) »
«Et ils disent: 'Les fables des anciens-il les a écrite-alors elles lui sont lues matin et soir.'» (Qur’an 25: 5).
« Ou disent-ils: 'Il (Muhammad) l'a inventé lui-même?' » (Qur’an 32: 3).
Il faut savoir que dans le judaïsme, la seule qualification pour le sacerdoce était la descendance. Si un homme n'était pas un descendant d'Aaron, rien ne pourrait le faire prêtre; s'il était un descendant d'Aaron, rien ne pourrait l'empêcher d'en être un. Ainsi et selon la loi Biblique, Aaron est le premier prêtre devant Yahweh (Exode 28:29,). le sacerdoce en Israël était limité à la descendance d'Aaron (Exode 28: 1, Lévitique 1: 3, Nombres 3:10).
Dans l'ancien usage sémitique, le nom d'une personne était souvent associé à celui d'un ancêtre réputé ou du fondateur de la lignée tribale. Comme Mériem appartenait à la classe des prêtres et descendait donc d’Aaron, elle a été appelée sœur d’Aaron. Il en est de même dans Luc 1: 5, sa cousine Elisabeth, femme de Zacharie, comme l'une des filles d'Aaron.
De nombreux exemples dans la Bible utilisent des noms de tribus pour mentionner des descendants. Par exemple, Lot est appelé le frère d'Abraham (Genèse 14:14), alors qu'il était en fait le neveu d'Abraham (Genèse 11:31).
En réponse à la critique de la guérison, Jésus l'a qualifiée de fille d'Abraham (Luc 13:16). Dans la parabole du riche et de Lazare, Jésus plaça Lazare sur le sein d'Abraham (Luc 16:22). Zachée, en tant que percepteur des impôts, était socialement aliéné. Après avoir déclaré qu'il redonnerait au pauvre la moitié de sa fortune et lui redonnerait quatre fois le prix de ceux qu'il avait fraudés, Jésus l'appela fils d'Abraham (Luc 19: 9).
 
Dans la Bible, le nom Israël désigne parfois les Israélites (Deutéronome 6: 3-4) et Kedar le symbole des Ismaélites (Esaïe 21:16, 42:11). Jésus était intitulé fils de David (Matthieu 9:27, 15:22, 20: 30-31, Marc 10: 47-48).
Mériem était une descendante de David (P) (Luc 1:32). Elle était apparentée à Elisabeth, mariée au lévite Zacharie (Luc 1: 5, 36). Zacharie était également lié à David (Coran 19: 2-6). Le fait que Marie fût un membre de la maison d’Aaron ressort clairement de la description ci-dessus.
Bien que nous sachions très peu de choses sur la filiation de Mériem, le fait qu'elle soit, selon la seule tradition à son sujet, consacrée au temple de 3 à 12 ans, montre clairement qu'elle appartenait à la classe des prêtres. C’est peut-être la raison valable pour laquelle elle est appelée par les Juifs de son temps, par la Soeur d’Aaron et non la Soeur de Moïse, pour le sacerdoce cela était une prérogative exclusive des descendants de Aaron.
C'était en fait qu'Aaron étant le fondateur de l'ordre sacerdotal juif et Mériem étant élevée par un prêtre et à l'ombre même du temple que ses dénigreurs avaient en tête lorsqu'elle s’appela   Soeur d'Aaron et se souvenait de sa haute lignée sans compromis de ses ancêtres.
Comment, disaient-ils, elle était tombée et avait déshonoré le nom de ses ancêtres ? 
Ce qu’ils voulaient en associant les deux noms dans la parenté, c’était en fait de montrer à quel point sa prétendue inconduite était bien plus inexcusable compte tenu de l’influence religieuse et de la discipline morale dans lesquelles Mériem avait le privilège de naître et d’être élevées. 
Il a fallu le sarcasme et la malignité des Juifs pour tirer profit de cette plaisanterie cruelle.
Le Qur’an n'appelle pas Mériem Soeur d'Aaron, mais il faut savoir qu’il ne cite simplement qu’un usage juif qui prévalait à cette époque dans l'histoire. La maison d'Imran comprend Moïse et Aaron, dont le père était Amram et les descendants d'Aaron, la caste des sacrificateurs parmi les Israélites, incluant ainsi Jésus et Jean-Baptiste. L'ancienne coutume sémitique consistant à associer le nom d'une personne ou d'un peuple à celui d'un ancêtre illustre est en vigueur ici (Qur’an, 3:33).
La profondeur dans laquelle le Qur’an traite de ce sujet va étonner tout érudit sincère et clairvoyant. L'explication coranique sera également considérée comme l'argument le plus convaincant en faveur de la prophétie même du Prophète (SAWS) de l’Islam. Comme le dit le Qur’an lui-même:
«Et ceux qui ne croient pas disent: 'Vous n'êtes pas un messager.' Dis: "Dieu suffit comme témoin entre vous et moi et quiconque a connaissance du Livre." (Qur’an 13:43)

Wahrani

Wahrani
Admin
Je voudrai revenir sur la controverse à propos de la Sainte Meryem.
Ô sœur d’Aaron ! Ton père n’a jamais été un homme dépravé ni ta mère une femme prostituée !» Qur’an 19,28
 
Encore une fois, cela me donnerai sans aucun doute le moyen de prouver la divinité du Qur’an, et surtout de percer votre l'imperméabilité à tout argument de bon sens, donc il est intéressant de noter que le Qur'an revendique sa propre capacité à éliminer les contradictions et les incohérences observées dans la Bible. Cette affirmation est clairement présentée dans le Qur'an quand il déclare hardiment que:
"En vérité, ce Qur'an explique aux enfants d'Israël les grandes questions dans lesquelles ils sont donnés à des contestations" (Qur'an 27:76).
 
Les critiques sur l'islam, en particulier des chrétiens, ont retenu des allégations contre le Qur'an par des personnes différentes dans divers contextes, pour nous apprendre que le Qur'an confond visiblement Meryem, mère de Jésus et Meryem, sœur de Moïse, ce qui est une inexactitude. il sera clair que les mêmes accusations se répètent sous diverses formes et styles.
 
Il me semble qu’initialement, il sera important de se poser la question :
 
Pourquoi le Qur’an nous rapporte le nom d’Aaron au lieu d’un autre personnage plus important comme par exemple, Moise ou David ?
 
Bien que nous connaissions très peu la parenté de Meryem, le fait qu'elle soit, selon la seule tradition à propos d'elle, consacrée au Temple de 3 à 11 ans, montre clairement qu'elle appartenait à la classe sacerdotale.
 
Regardons ici le caractère divin du Qur’an qui nous rapporte la liaison de Meryem au prêtre Aaron, qui apparaît comme un élément capital du groupe sacerdotal, et comme le premier grand prêtre d'Israël (Ex., 39).
C'est bien là une raison valable pour laquelle elle est appelée par les Juifs de son temps, la sœur d'Aaron et non la soeur de Moïse, pour le sacerdoce qui était une prérogative exclusive des descendants de Aaron.
La certitude du Qur’an repose sur cet aspect religieux de la classe sacerdotale, il nous cite le nom d’Aaron et non celui de Moise.
La tradition chrétienne nous apprend que Meryem, en araméen Maryam en hébreu Myriam, en arabe Meryem fille juive de Judée, est la mère de Jésus de Nazareth. Comme pour son fils Jésus, il est impossible de trouver une biographie de Meryem. Une grande partie des traces historiques se trouvent dans les récits apocryphes qui développent souvent les élaborations  incohérentes sans pouvoir reconstituer un certain tissu historique.
Pour les juifs, ils n’hésitent pas à diffuser des rumeurs polémiques au sujet de la naissance illégitime de Jésus
Le Qur’an déclara son innocence contre les charges:
 
Sa mère [de Jésus] était une femme véridique" (Qur'an 5:75).
 
Et Dieu a donné comme exemple à Meryem, la fille d'Imran qui a conservé sa chasteté et dans son sein, nous avons soufflé de notre esprit; qui a fait confiance aux paroles de son Seigneur et de ses Écritures et était vraiment dévot. "( Qur'an 66:12)
 
De ce fait Meryem est mentionnée une trentaine de fois dans le Qur'an, l'est plus dans le texte islamique que dans le Nouveau Testament.
 
Le père de Meryem porte aussi le nom d''Îmran bien qu'il doive être distingué du père de Moïse et d'Aaron, Il est également considéré comme l'un des hommes vertueux présents à Jérusalem à cette époque. La mère de Maryam porte le nom de Hannah, équivalent d'Anne. Elle est également honorée pour avoir été une femme très vertueuse, à l'instar de sa fille.
 
Imran le nom du père de Meryem et époux d'Anne, qui n'apparaît pas dans le Nouveau Testament mais que les traditions catholiques et orthodoxes le nomment Joachim selon uniquement le Protévangile de Jacques.
La Bible donne le nom du grand-père au lieu du père, ce qui n'est pas une pratique inhabituelle. En outre, il existe des cas dans la Bible d'une personne connue sous le nom. Gédéon, par exemple, s'appelait aussi Jerubbaal (Juges 7: 1).
 
Donc, il ne devrait pas y avoir de surprise si le second nom de Imran était Joachim pu encore celui de son père, c'est-à-dire le grand père de Meryem.
 
Et si Meryem, la Mère de Jésus avait un frère nommé Aaron ?
Quant au frère de Meryem, aucun écrit biblique ne mentionné que Imran père de Méryem n’avait pas d’autres enfants.
 
On peut se poser la question Pourquoi ?
 
Quelle est la rationalité dans une telle contrainte à vouloir garder sous silence l’existence des frères et Sœurs à Meryem ? 
Les premiers chrétiens, qui ont vécu depuis la mort de Jésus jusqu'à la période du concile de Nicée, ne savaient pas le nom du père de la Sainte Marie, ni Imran, ni Joachim. ?
 
Un grand nombreux de chrétiens n’hésitent nous citer les homélies de Jean Damascène seraient, d'une part la première description chrétienne de l'islam, et d'autre part sa première réfutation, et pourtant dans ces réfutations et ses attaques contre le Qur’an, il n’est pas question d’une quelconque confusion sur Méryem.
 
IL a fallu, que ce soit le Qur’an, comme le parachèvement du judaïsme et du christianisme, qui annonce la vérité sur le nom du père de Meryem, Imran, et que Imran père d’Aaron et de Moïse, était une fausse inscription faire par les Juifs Massorètes sur la demande des Père de l’Eglises.

http://dialogue-religion.forumalgerie.net

grit


@Stitten a écrit:
Certainement pas !!!!!
Comme le Qur’an est la parole de Dieu, chaque mot est soigneusement sélectionné et utilisé avec précision et surtout Il ne contient aucun type d'exagération ou de confusion !
On sait que depuis Jean Damascène, le Qur’an a été accusé de falsification. La même idée a été reprise par divers missionnaires chrétiens qui ont repris cette charge. Les critiques de l'islam ont déduit un anachronisme. et les mêmes accusations se répètent sous différentes formes et styles, certains diront qu’une erreur apparente dans le Qur’an par laquelle Mériem, la mère de Jésus, était également supposée être Mériem, la soeur de Moïse et d'Aaron,
Le Qur’an n’est pas resté indifférent à de telles attaques. Il considère correctement de telles accusations puis réfute.
«Est-ce qu'ils disent:" Il a formulé un mensonge à propos de Dieu? »   (Qur’an 42:24) »
«Et ils disent: 'Les fables des anciens-il les a écrite-alors elles lui sont lues matin et soir.'» (Qur’an 25: 5).
« Ou disent-ils: 'Il (Muhammad) l'a inventé lui-même?' » (Qur’an 32: 3).
Il faut savoir que dans le judaïsme, la seule qualification pour le sacerdoce était la descendance. Si un homme n'était pas un descendant d'Aaron, rien ne pourrait le faire prêtre; s'il était un descendant d'Aaron, rien ne pourrait l'empêcher d'en être un. Ainsi et selon la loi Biblique, Aaron est le premier prêtre devant Yahweh (Exode 28:29,). le sacerdoce en Israël était limité à la descendance d'Aaron (Exode 28: 1, Lévitique 1: 3, Nombres 3:10).
Dans l'ancien usage sémitique, le nom d'une personne était souvent associé à celui d'un ancêtre réputé ou du fondateur de la lignée tribale. Comme Mériem appartenait à la classe des prêtres et descendait donc d’Aaron, elle a été appelée sœur d’Aaron. Il en est de même dans Luc 1: 5, sa cousine Elisabeth, femme de Zacharie, comme l'une des filles d'Aaron.
De nombreux exemples dans la Bible utilisent des noms de tribus pour mentionner des descendants. Par exemple, Lot est appelé le frère d'Abraham (Genèse 14:14), alors qu'il était en fait le neveu d'Abraham (Genèse 11:31).
En réponse à la critique de la guérison, Jésus l'a qualifiée de fille d'Abraham (Luc 13:16).
Dans le sens que ses origines descendaient  certainement d' Abraham, mais pas seulement , car Jésus guérissait aussi des non-Juifs.
Cette guérison effectuée par Jésus un jour de Sabbat, sur cette femme qui souffrait depuis 18 ans , enseignait aussi autre chose de plus profond = c'est que Jésus en tant que représentant de Jéhovah DIEU SUR LA TERRE, était non seulement habilité à faire des miracles le jours du Sabbat, mais surtout de témoigner de la pitié et de l'amour pour les gens qui souffraient à l'exemple de son Dieu ET POUR LA GLOIRE DE CELUI-CI.

Dans la parabole du riche et de Lazare, Jésus plaça Lazare sur le sein d'Abraham (Luc 16:22).

Une parabole est une histoire inventée pour faire comprendre une vérité. = c'est un EXEMPLE. UNE IMAGE.
Le "sein d'Abraham" représente une place privilégiée au ciel . De ce fait,  dans cette parabole il est dit "que le mendiant a été EMPORTE PAR LES ANGES DANS LE SEIN D'ABRHAM." ; ce qui sous-entend "emporté dans les cieux auprès de Dieu".
Donc, cet IMAGE, REPRESENTE UNE CONDITION agrément de la part de Jéhovah Dieu représenté par Abraham, car la Bible nous informe qu'aucun humain n'est monté au ciel après sa mort. selon ce que dit Jean 3: 13 

Zachée, en tant que percepteur des impôts, était socialement aliéné. Après avoir déclaré qu'il redonnerait au pauvre la moitié de sa fortune et lui redonnerait quatre fois le prix de ceux qu'il avait fraudés, Jésus l'appela fils d'Abraham (Luc 19: 9).

En disant cela, Jésus donne la réponse dans les versets suivants (9, 10) = Alors Jésus lui dit :  "En ce  jour le salut est venu dans cette maison (celle de Zachée) , PARCE QUE LUI AUSSI EST UN FILS D'ABRAHAM.  Car le Fils de l'homme (Jésus) est venu chercher et sauver ce qui était perdu." 
En montrant publiquement son repentir , Zachée a démontré qu'il était digne d'Abraham , un adorateur de DIEU, l'ami de Jéhovah. Sa conduite  lui a valu le salut de son âme.
Telle est la leçon qu'il faut tirer de l'enseignement de Zachée.
Dans la Bible, le nom Israël désigne parfois les Israélites (Deutéronome 6: 3-4) et Kedar le symbole des Ismaélites (Esaïe 21:16, 42:11). Jésus était intitulé fils de David (Matthieu 9:27, 15:22, 20: 30-31, Marc 10: 47-48). 
Parce qu'il descendait de la lignée de David, de la tribu de Juda = Michée 5: 2 "Et toi, Ô Bethléhem Ephratha , celle qui est trop petite pour être parmi les milliers de JUDA , DE TOI SORTIRA POUR MOI CELUI QUI DOIT DEVENIR CHEF EN ISRAËL , DONT LES ORIGINES EST DEPUIS LES JOURS DES TEMPS INDEFINIS. 

Genèse 49: 10 
"Le sceptre ne n'écartera pas de JUDA , NI LE BÂTON DE COMMANDEMENT D'ENTRE SES PIEDS,  JUSQU'A CE QUE VIENNE SHILO (JESUS) ; ET A LUI APPARTIENDRA L'OBEISSANCE DES PEUPLES."
Mériem était une descendante de David (P) (Luc 1:32). Elle était apparentée à Elisabeth, mariée au lévite Zacharie (Luc 1: 5, 36). Zacharie était également lié à David (Coran 19: 2-6). Le fait que Marie fût un membre de la maison d’Aaron ressort clairement de la description ci-dessus.
Bien que nous sachions très peu de choses sur la filiation de Mériem, le fait qu'elle soit, selon la seule tradition à son sujet, consacrée au temple de 3 à 12 ans, montre clairement qu'elle appartenait à la classe des prêtres. C’est peut-être la raison valable pour laquelle elle est appelée par les Juifs de son temps, par la Soeur d’Aaron et non la Soeur de Moïse, pour le sacerdoce cela était une prérogative exclusive des descendants de Aaron.
C'était en fait qu'Aaron étant le fondateur de l'ordre sacerdotal juif et Mériem étant élevée par un prêtre et à l'ombre même du temple que ses dénigreurs avaient en tête lorsqu'elle s’appela   Soeur d'Aaron et se souvenait de sa haute lignée sans compromis de ses ancêtres.
Comment, disaient-ils, elle était tombée et avait déshonoré le nom de ses ancêtres ? 
Ce qu’ils voulaient en associant les deux noms dans la parenté, c’était en fait de montrer à quel point sa prétendue inconduite était bien plus inexcusable compte tenu de l’influence religieuse et de la discipline morale dans lesquelles Mériem avait le privilège de naître et d’être élevées. 
Il a fallu le sarcasme et la malignité des Juifs pour tirer profit de cette plaisanterie cruelle.
Le Qur’an n'appelle pas Mériem Soeur d'Aaron, mais il faut savoir qu’il ne cite simplement qu’un usage juif qui prévalait à cette époque dans l'histoire. La maison d'Imran comprend Moïse et Aaron, dont le père était Amram et les descendants d'Aaron, la caste des sacrificateurs parmi les Israélites, incluant ainsi Jésus et Jean-Baptiste. L'ancienne coutume sémitique consistant à associer le nom d'une personne ou d'un peuple à celui d'un ancêtre illustre est en vigueur ici (Qur’an, 3:33).
La profondeur dans laquelle le Qur’an traite de ce sujet va étonner tout érudit sincère et clairvoyant. L'explication coranique sera également considérée comme l'argument le plus convaincant en faveur de la prophétie même du Prophète (SAWS) de l’Islam. Comme le dit le Qur’an lui-même:
«Et ceux qui ne croient pas disent: 'Vous n'êtes pas un messager.' Dis: "Dieu suffit comme témoin entre vous et moi et quiconque a connaissance du Livre." (Qur’an 13:43)
Quoiqu'il en soit, Miriam, la soeur de Aaron et de Moïse n'a pas vécu à la même époque que Marie, la mère de Jésus. Miriam est la fille de Amram et de sa femme Yokébed, tous deux de la tribu de Lévi. Quand Moïse est né , il n'y avaient aucune prêtrise établie pour le peuple qui était en esclavage en Egypte. LIRE Exode chapitres  1, 2 et Genèse 15: 13 à 16
Moïse est né en Egypte, tout comme ses parents , son frère Aaron et sa sœur, car la période de 400 ans de servitude n'était pas terminée.  
Généalogie de la tribu de Lévi = Exode 6: 16 à 25 = Ex.  7: 7
Ce n'est qu'après la sortie d'Egypte, que Jéhovah fit une alliance avec son peuple en leur donnant des commandements pour l'organisation théocratique du peuple =
Lire Exode les chapitres 19 à 23
Donc, pas encore de prêtrise mise en place.
Ce n'est qu'à partir du chapitre 29 que la prêtrise fut mise en place avec Aaron. Il avait plus de 80 ans.
Il y a eu ensuite la période de Josué, puis celle des Juges, des Rois, puis celle des Grecs et des Romains, c'est à cette période que Jésus est né. 
La lignée la plus importance à ce moment-là, ce n'était pas la lignée des Lévites mais la lignée DAVIDIQUE =
Matthieu 1: 1 à 17 = Luc 23 à 38 = Ceci dit , il est exacte qu'Elisabeth , la cousine de Marie, était de la lignée d'Aaron , le Lévite ce qui laisse supposer que Marie, sa cousine, pouvait elle aussi être de la même lignée. Luc 1: 5, 6


Amicalement JL


Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 
  •  |