Debat Culturel Inter Religieux
Débat Culturel Inter Religieux
Ce forum n'a pas pour but de condamner, de juger ou encore moins à critiquer qui que ce soit, aucune croyance, religion ou personne. Ce forum par une étude et une recherche a pour but de partager des grandes vérités cachées et de donner l’opportunité de voir et de juger par soi-même.
Ce Forum représente ma propre croyance en ce que j'ai appris et vu lors de l'étude des Religions Je suis très reconnaissant pour l’enseignement colossale qui en résulte et que ce forum fournit maintenant et dans laquelle je crois vraiment, je partage la recherche d’une vérité cachée et oubliée de la Bible, dans l'Ancien Testament et le Nouveau Testament, et quelle est la vraie relation et connexion entre judaïsme, christianisme et islam ?
Pour être en mesure de voir comment ces vrais faits solides sont les pièces manquantes qui rapprochent les croyances, qui nous concerne tous d’une manière ou d’une autre au quotidien et apportent des réponses aux questions que beaucoup d’entre nous posent.
Wahrani
Debat Culturel Inter Religieux


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Debat Culturel Inter Religieux » Islam » Le Qur’an a-t-il confondu la Sœur de Moïse, avec Mériem, la mère de Jésus ?

Le Qur’an a-t-il confondu la Sœur de Moïse, avec Mériem, la mère de Jésus ?

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Stitten

Stitten
Certainement pas !!!!!
Comme le Qur’an est la parole de Dieu, chaque mot est soigneusement sélectionné et utilisé avec précision et surtout Il ne contient aucun type d'exagération ou de confusion !
On sait que depuis Jean Damascène, le Qur’an a été accusé de falsification. La même idée a été reprise par divers missionnaires chrétiens qui ont repris cette charge. Les critiques de l'islam ont déduit un anachronisme. et les mêmes accusations se répètent sous différentes formes et styles, certains diront qu’une erreur apparente dans le Qur’an par laquelle Mériem, la mère de Jésus, était également supposée être Mériem, la soeur de Moïse et d'Aaron,
Le Qur’an n’est pas resté indifférent à de telles attaques. Il considère correctement de telles accusations puis réfute.
«Est-ce qu'ils disent:" Il a formulé un mensonge à propos de Dieu? »   (Qur’an 42:24) »
«Et ils disent: 'Les fables des anciens-il les a écrite-alors elles lui sont lues matin et soir.'» (Qur’an 25: 5).
« Ou disent-ils: 'Il (Muhammad) l'a inventé lui-même?' » (Qur’an 32: 3).
Il faut savoir que dans le judaïsme, la seule qualification pour le sacerdoce était la descendance. Si un homme n'était pas un descendant d'Aaron, rien ne pourrait le faire prêtre; s'il était un descendant d'Aaron, rien ne pourrait l'empêcher d'en être un. Ainsi et selon la loi Biblique, Aaron est le premier prêtre devant Yahweh (Exode 28:29,). le sacerdoce en Israël était limité à la descendance d'Aaron (Exode 28: 1, Lévitique 1: 3, Nombres 3:10).
Dans l'ancien usage sémitique, le nom d'une personne était souvent associé à celui d'un ancêtre réputé ou du fondateur de la lignée tribale. Comme Mériem appartenait à la classe des prêtres et descendait donc d’Aaron, elle a été appelée sœur d’Aaron. Il en est de même dans Luc 1: 5, sa cousine Elisabeth, femme de Zacharie, comme l'une des filles d'Aaron.
De nombreux exemples dans la Bible utilisent des noms de tribus pour mentionner des descendants. Par exemple, Lot est appelé le frère d'Abraham (Genèse 14:14), alors qu'il était en fait le neveu d'Abraham (Genèse 11:31).
En réponse à la critique de la guérison, Jésus l'a qualifiée de fille d'Abraham (Luc 13:16). Dans la parabole du riche et de Lazare, Jésus plaça Lazare sur le sein d'Abraham (Luc 16:22). Zachée, en tant que percepteur des impôts, était socialement aliéné. Après avoir déclaré qu'il redonnerait au pauvre la moitié de sa fortune et lui redonnerait quatre fois le prix de ceux qu'il avait fraudés, Jésus l'appela fils d'Abraham (Luc 19: 9).
 
Dans la Bible, le nom Israël désigne parfois les Israélites (Deutéronome 6: 3-4) et Kedar le symbole des Ismaélites (Esaïe 21:16, 42:11). Jésus était intitulé fils de David (Matthieu 9:27, 15:22, 20: 30-31, Marc 10: 47-48).
Mériem était une descendante de David (P) (Luc 1:32). Elle était apparentée à Elisabeth, mariée au lévite Zacharie (Luc 1: 5, 36). Zacharie était également lié à David (Coran 19: 2-6). Le fait que Marie fût un membre de la maison d’Aaron ressort clairement de la description ci-dessus.
Bien que nous sachions très peu de choses sur la filiation de Mériem, le fait qu'elle soit, selon la seule tradition à son sujet, consacrée au temple de 3 à 12 ans, montre clairement qu'elle appartenait à la classe des prêtres. C’est peut-être la raison valable pour laquelle elle est appelée par les Juifs de son temps, par la Soeur d’Aaron et non la Soeur de Moïse, pour le sacerdoce cela était une prérogative exclusive des descendants de Aaron.
C'était en fait qu'Aaron étant le fondateur de l'ordre sacerdotal juif et Mériem étant élevée par un prêtre et à l'ombre même du temple que ses dénigreurs avaient en tête lorsqu'elle s’appela   Soeur d'Aaron et se souvenait de sa haute lignée sans compromis de ses ancêtres.
Comment, disaient-ils, elle était tombée et avait déshonoré le nom de ses ancêtres ? 
Ce qu’ils voulaient en associant les deux noms dans la parenté, c’était en fait de montrer à quel point sa prétendue inconduite était bien plus inexcusable compte tenu de l’influence religieuse et de la discipline morale dans lesquelles Mériem avait le privilège de naître et d’être élevées. 
Il a fallu le sarcasme et la malignité des Juifs pour tirer profit de cette plaisanterie cruelle.
Le Qur’an n'appelle pas Mériem Soeur d'Aaron, mais il faut savoir qu’il ne cite simplement qu’un usage juif qui prévalait à cette époque dans l'histoire. La maison d'Imran comprend Moïse et Aaron, dont le père était Amram et les descendants d'Aaron, la caste des sacrificateurs parmi les Israélites, incluant ainsi Jésus et Jean-Baptiste. L'ancienne coutume sémitique consistant à associer le nom d'une personne ou d'un peuple à celui d'un ancêtre illustre est en vigueur ici (Qur’an, 3:33).
La profondeur dans laquelle le Qur’an traite de ce sujet va étonner tout érudit sincère et clairvoyant. L'explication coranique sera également considérée comme l'argument le plus convaincant en faveur de la prophétie même du Prophète (SAWS) de l’Islam. Comme le dit le Qur’an lui-même:
«Et ceux qui ne croient pas disent: 'Vous n'êtes pas un messager.' Dis: "Dieu suffit comme témoin entre vous et moi et quiconque a connaissance du Livre." (Qur’an 13:43)

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 
  •  |