Debat Culturel Inter Religieux
Débat Culturel Inter Religieux
Ce forum n'a pas pour but de condamner, de juger ou encore moins à critiquer qui que ce soit, aucune croyance, religion ou personne. Ce forum par une étude et une recherche a pour but de partager des grandes vérités cachées et de donner l’opportunité de voir et de juger par soi-même.
Ce Forum représente ma propre croyance en ce que j'ai appris et vu lors de l'étude des Religions Je suis très reconnaissant pour l’enseignement colossale qui en résulte et que ce forum fournit maintenant et dans laquelle je crois vraiment, je partage la recherche d’une vérité cachée et oubliée de la Bible, dans l'Ancien Testament et le Nouveau Testament, et quelle est la vraie relation et connexion entre judaïsme, christianisme et islam ?
Pour être en mesure de voir comment ces vrais faits solides sont les pièces manquantes qui rapprochent les croyances, qui nous concerne tous d’une manière ou d’une autre au quotidien et apportent des réponses aux questions que beaucoup d’entre nous posent.
Wahrani
Debat Culturel Inter Religieux


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Debat Culturel Inter Religieux » Islam » Réponse du Musulman à l’ami Chrétien !

Réponse du Musulman à l’ami Chrétien !

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Stitten

avatar
Salam :
Permettez-moi de répondre à votre lettre, même si je ne suis pas votre Ami et sans vous avoir demandé pourquoi vous ne croyez que Mohammed fut un véritable prophète et j’avoue sincèrement que votre lettre ne rappelle un dialogue entre Ibn Hazim et un Rabbin (Bien sur vous ne lisez pas les savants Musulmans.
 
En tant que musulman, je suis fortement intéressé par toutes les critiques sur ma religion, d’où qu’elles viennent et quelque soient leur motivation et j’estime que la meilleure approche restera toujours la compréhension, et quand je parle de compréhension, je parle de "juste" compréhension. Il ne faut pas être toujours axé sur la religion, malgré qu'il est vrai qu'il y a des idées préconçus, ceci n'aide en rien votre situation.
 
Je crois que personne sur cette Terre ne peut juger proprement d'une situation sans faire des erreurs de jugements ou d'interprétations. Moi exemple, en ce qu'il s'agit du Chrétien, je ne vois pas un ennemis, mais seulement un homme qui se fit plus au Bible que de sa propre "logique".
 
On nous dit toujours que c’est la Bible qui dit que la Bible est Vrai ou encore c’est l’apôtre l’aimais de Jesus, un certain Jean pécheur et anaphabete de son état qui nous confirme que Jésus est Fils de Dieu, ou encore de lire les écrits de bien nombreux de Prêtres qui confirment également les vérités de la Bible,  ainsi il est demandé aux musulmans barbares que nous sommes d’être plus crédule que les chrétiens pour croire aux eneptie de ce dogme.
 
N’est pas extraordinaire !
 
Car Jésus est né juif; il a vécu sur le sol ancestral de la Palestine. Il a enseigné  à un petit groupe de disciples, tous juifs comme lui. La langue qu'il parlait était pétrie de tradition et de culture juives.
 
La société de son enfance était juive les pécheurs qu'il fréquentait étaient des pécheurs juifs; il a guéri des malades juifs, nourri des affamés juifs, fait couler du vin à un mariage juif. Le fait que Jésus était un Juif, que son identité juive était profondément ancré au point de partager les préjugés juifs de ses contemporains.
 
Jésus est né avec une façon de penser typiquement juive; il était imprégné d'idées juives; la seule Bible qui lui était familière était l'Ancien Testament hébraïque; sa vision apocalyptique était celle du peuple juif.
Aucun juif n'a été aussi enraciné dans son peuple et imprégné de sa culture que Jésus. Et jusqu'à son dernier soupir, il ne s'est pas dérobé au fait qu'il était juif."
 
Tout à fait je m’accorderais avec vous sur le fait qu’un vrai prophète enseigne ce qui vient de Dieu tandis qu’un faux prophète est un outil de Satan.
 
Pour faire les choses dans l’ordre,  je serai bien tenter de prendre ces faux critères pour les appliquer à Jésus de la Bible, nous pourrions constater que le Christ de la Bible était 1000 fois plus démoniaque et méchant que quiconque, et mon ami en bon chrétien sera forcé d’admettre et savoir que son seigneur et sauveur était en fait un démon ?
 
De manière choquante, la Bible enseigne dans Matthieu 4: 5-8 que le diable est apparu à Jésus, et lui a demandé d'aller faire de l'escalade avec lui, et au lieu de frapper Satan tout de suite, Jésus a effectivement accepté l'invitation de Satan. et ensemble, Satan et Jésus sont allés faire de l'escalade.
 
Voici les versets en question, ou mieux, les versets sataniques du Christianisme, Matthieu ch. 
4: 5 Alors le diable l'a pris à la ville sainte, et l'a placé sur le pinacle du temple,
4: 6 et lui dit: Si tu es le Fils de Dieu, jette-toi; car il est écrit: Il donnera à vous la charge de ses anges, et sur leurs mains ils vous soutiendront, de peur que votre pied ne heurte une pierre.
4: 7 Jésus lui dit: "Il est de nouveau écrit: Tu ne tenteras pas le Seigneur ton Dieu."
4: 8 De nouveau, le diable l'a emmené sur une très haute montagne, et lui a montré tous les royaumes du monde et leur gloire;
 
La Bible ne dit pas qu'il y avait eu une sorte de combat ou de résistance de la part de Jésus quand Satan lui est apparu et l'a invité à le suivre, donc, nous devrons supposer que Jésus est allé volontairement.
 
Par conséquent, nous voyons de cette histoire scandaleuse dans la Bible, que Jésus était clairement "possédé par les démons", tellement au point, qu'il a pris Satan comme un camarade et un compagnon de voyage.
 
Quelle histoire incroyable, tout de même ! Hélas le tableau n’est pas si rose…
 
Toujours selon la Bible Jésus grandit et à l’adolescence fait quelques fugues répétées qui traduisent un certain déséquilibre psychique. Une fois, il part 3 jours sans avertir ses parents et se réfugie dans le temple pour y tenir des propos bizarres aux docteurs de la loi . Quand ses parents le retrouvent, il marque une réelle indifférence émotionnelle et leur donne une réponse pour le moins délirante : « je suis dans la maison de mon père »
Ensuite, de 12 à 30 ans, ce sont les « années perdues » de Jésus. C’est le vide dans l’évangile.
 
À 30 ans, les évangiles reparlent de lui. Il est baptisé par Jean le Baptiste, une sorte d’excentrique qui, de toute évidence, souffre de quelques dérangements. Il vit dans le désert, vêtu d’une peau de chameau, se nourrissant des sauterelles et passant tout son temps à baptiser des gens dans le Jourdain, tout en proclamant la venue du Messie.
 
Lorsque Jésus, ayant plongé sa tête dans l’eau, la ressort, il est en proie à un délire et à des hallucinations : il voit le ciel se déchirer, l’Esprit de Dieu descendre sur lui et entend une voix  » tu es mon fils bien aimé, tu as toute ma faveur  » (Marc) .
 
Après le baptême, Jésus souffre d’une crise aiguë d’angoisse avec anorexie mentale et s’enfuit dans le désert pour 40 jours. Comme Jean le Baptiste, il mange des sauterelles. Et alors il affronte le diable qui le met à l’épreuve en lui demandant de changer des pierres en pains. Jésus qui était alors persuadé d’avoir des pouvoirs surnaturels, lui résiste, puis se sont les anges qui l’approchent et le suivent (Mathieu)
 
Mais on ne dit rien de son retour parmi les siens. Peut-être l’ont-ils récupéré, affamé et déshydraté, bien avant les 40 jours …
 
Jésus qui était un peu en concurrence avec Jean le Baptiste, son maître spirituel, peut tout à coup avoir toute latitude, lorsque celui-ci est emprisonné, sans doute pour un excès d’excentricité.
 
Alors pour Jésus, les idées de grandeur s’accélèrent :
 
« L’Esprit du Seigneur est sur moi  » (Luc)
« Quiconque regarde une femme et la désire a déjà commis dans son coeur l’adultère. »
Si ton oeil droit est une occasion de péché, arrache le et jette le car mieux vaut pour toi que périsse un seul de tes membres et que tout ton corps ne soit pas jeté en enfer  » (Mathieu)
 
Cette dernière déclaration n’est évidemment pas celle de quelqu’un sain d’esprit. C’est un encouragement à l’automutilation que l’on voit souvent chez le schizophrène, pour se prémunir de fauter ou se punir d’avoir ressenti du plaisir. Jésus est de plus en plus déconnecté de la réalité. Il encourage ses disciples à adopter un comportement asocial, en vivant sans argent, de mendicité, aux frais de la société. .
 
Durant ses nombreuses prédications, Jésus se fait des ennemis et l’opposition qu’il rencontre développe sa paranoïa et sa méfiance.
 
Il ne parle qu’en paraboles que même ses disciples ont du mal à comprendre. C’est un discours délirant sur le diable, les anges, les justes, les méchants, le royaume des cieux et le jugement dernier:
 
«je voyais Satan tomber du ciel comme l’éclair » (Luc)
 
Parfois même il prend un de ses disciples pour le diable : «passe derrière-moi, Satan! A-t-il dit à Pierre,
 
«Pourquoi cherchez-vous à me tuer? » disait-il aux juifs ceux qui lui répondaient : « tu as un démon! » (Ce qui voulait dire à l’époque : tu es fou ) .
 
Et Jésus restera toujours persuadé qu’on veut le tuer, il avait peur tout le temps, croyait à un complot contre lui.
 
Il restait souvent seul. Comme bien des schizophrènes, il ne supportait pas la proximité des autres et le contact physique. Alors régulièrement, il s’isolait, pour se calmer, se sentir plus en sécurité.
 
Et à ces moments-là, il entendait la voix de son père et conversait avec lui Il était seul à le voir et à l’entendre et n’a jamais eu aucune autocritique face à ces hallucinations.
 
Peu à peu, il en arrive à se prendre non plus pour le fils, mais pour Dieu lui-même :
 
«Moi et mon Père, nous sommes un»   (Jean)
 
Plusieurs fois Jésus s’est montré violent. Il a tout cassé dans le temple, s’en est pris aussi aux animaux et aux gens en utilisant des cordes comme fouets.
 
Ce sont de vraies crises d’agitation, peut-être se débattait-il contre des démons, des hallucinations. Il terrorisait ses disciples pour les obliger à se soumettre à sa doctrine et il faisait peur avec la Géhenne (l’enfer) .
 
Il était véritablement obsédé par le châtiment éternel, par sa croyance en l’enfer et ses délires sur la fin du monde : il parlait de guerre, de famines, de tremblements de terre, de persécutions
«et le fils de l’homme (expression qu’il utilisait souvent et qui ne veut rien dire) viendra, escorté de ses anges, pour prendre place sur le trône». (Mathieu)
 
Il se croyait investi d’un pouvoir royal et capable de condamner les gens à l’enfer ou de leur donner la vie éternelle.
 
Jésus l'a bien dit, il n'est venu que "pour les brebis perdues d'Israël". Il n'avait aucune ambition universaliste. Son message de paix et d'amour était à usage interne: Israélites, aimons-nous les uns les autres, soyons unis, vivons la Torah, approfondissons la vie intérieure,
c'est le seul moyen de chasser les Romains et d'établir le Royaume de Dieu sur terre
 
Une analyse psychologique révèle que Jésus nourrissait des tendances suicidaires. Il a vu l'injustice morale et la lutte du monde dans lequel il vivait, et a estimé que s'il se suicidait, il bénéficierait au monde. Peut-être, il a souffert de dépression. Plutôt que de sauter d'une falaise ou de se taillader les poignets, ou de sauter devant les chars romains, il imagina un plan élaboré de crucifixion, qui serait un appel à gagner la sympathie des autres. et finalement, à la fin, Jésus s'est suicidé.
 
En conclusion, je tiens à préciser que nous les Musulmans n'avons jamais dit que Jésus était un faux prophète, nous n'avons jamais dit qu'il disait aux gens qu'il était le fils de Dieu. Nous disons simplement qu'au fil du temps, les chrétiens ont commencé à exagérer ce qu'il était au fil du temps, certains ont eu l'idée qu'il était Dieu puisqu'il n'avait pas de père, notez que certains chrétiens disent qu'il n'est pas le fils de Dieu mais Messager.
 
Nous respectons et honorons Jésus, nous ne pouvons jamais parler de mal des messagers de Dieu; C'est pourquoi nous disons que la paix soit sur eux chaque fois que nous en mentionnons un, exactement ce que nous disons après avoir dit le nom de Muhammad. Et si vous pouvez prendre le temps de lire ce que nous avons à dire à propos de Jésus et de sa Mère dans le Coran, vous ne trouverez rien d'autre que les bonnes choses qu'ils ont faites tous les deux.. De sa naissance jusqu'à sa prétendue crucifixion.
 
Parlons nous d’une même Jésus ?
 
Je suis heureux de vous apprendre que L’Islam est à la fois droit et religion, composé de normes juridiques et de normes morales.  L’illustre islamologue et spécialiste du droit musulman, Joseph Schacht  dit : « la loi islamique est le résumé de la pensée islamique, la manifestation la plus typique du genre de vie islamique, le cœur et le noyau de l’Islam lui-même »
 
Ce qui m’amène à dire clairement que le Qur'an n'a jamais été laissé à part,  Il a été étudié, scruté et étudié à nouveau et scruté encore et encore et encore. Il n'y avait pas une seule année dans le long calendrier de 1400 H que le Qur'an a été laissé sans contrôle ou non.
 
Cela signifie que le Qur'an a été regardé, étudié et écrit par des personnes indépendantes de différents endroits géographiques et ensemble, ils forment la profondeur de la connaissance océanique dans les Sciences du Qur'an qui a directement exploité et dépend de la matière première source (Qur'an) et a discuté chaque verset et chaque chapitre à la lettre. Les livres des Sciences du Qur'an sont simplement innombrables à travers les âges.
 
L’histoire de l'Islam est remplie de savants lumineux qui étaient des lecteurs voraces et des intellectuels qui ont façonné la grande richesse des connaissances que nous trouvons dans les sciences coraniques.
 
La religion musulmane n'est pas une religion de paix et elle n'est pas une religion de guerre.
La religion musulmane est à la fois une religion de paix et une religion de guerre.
La religion musulmane n'est pas non plus une religion de tolérance, de même qu'elle n'est pas une religion d'intolérance.
La religion musulmane est à la fois une religion de tolérance et d'intolérance.
Ŀa religion musulmane n'est pas une religion d'amour et n'est pas une religion de haîne, c'est une religion d'amour et de haîne.
La religion musulmane est plutôt une religion du "juste milieu". Elle est en faveur de la paix par défaut et en faveur de la guerre pour se défendre.
La religion musulmane aime le bien et déteste le mal.
La religion musulmane est plutôt une religion du "juste milieu". Elle est en faveur de la paix par défaut et en faveur de la guerre pour se défendre.
La religion musulmane aime le bien et déteste le mal.
 
Si vous voyez juste un côté des choses, vous serez trompé.
Sortez de cette dichotomie et la réalité vous apparaîtra avec plus de clarté.
 
Cordialement

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 
  •  |