Debat Culturel Inter Religieux

«Je ne suis pas d’accord avec ce que tu dis, mais je me battrai pour que tu puisses le dire».

Voltaire

Debat Culturel Inter Religieux


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Debat Culturel Inter Religieux » Sujet d'Ordre Général » Nous, les Arabes, ne demandons pas de faveurs notre El Qods est Palestinienne !

Nous, les Arabes, ne demandons pas de faveurs notre El Qods est Palestinienne !

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Salâh Ed-Dîn

avatar
L’Etat d'Israël, et l'appui inconditionnel accordé par les USA   aboutissent à la mise sur pied d’une escroquerie sans pareille dans I'Histoire: la colonisation d'un peuple palestinien opprimé par des colons juifs, et désireux de retrouver son pays et sa souveraineté, volés par ces colons il y a  plus d’un demi-siècle !
 
Aussi, je présente un article écrit par le Souverain Abdellah 1° de Jordanie et édité dans les premières années  de la colonisation par un complot meurtrier que le sionisme et ses alliés ont monté, et avait exiger ç cette époque le démantèlement total de cette machine infernale que l’on appelle Israél,
L’article ci-dessous avait donc pour objet de dénoncer ce scandale, qui s’est fortifie malheureusement chaque jour, en démontrant son caractère faux, aux hommes honnêtes et désireux de vérité qui se trouvent dans tous les milieux.
 
Comment les Arabes voient les Juifs !
Par Sa Majesté le Roi Abdallah 1° de Jordanie (1885-1951)
Cet essai fascinant, écrit par le grand-père du roi Hussein, le roi Abdallah, est apparu aux États-Unis six mois avant la guerre israélo-arabe de 1948. 
Dans cet article, le roi Abdullah conteste l'opinion erronée selon laquelle l'opposition arabe au sionisme (et plus tard à l'état d'Israël) est due à une haine religieuse ou ethnique de longue date. Il note que les Juifs et les Musulmans ont connu une longue histoire de coexistence pacifique au Moyen-Orient et que les Juifs ont souffert historiquement beaucoup plus de la part de l'Europe chrétienne. 
Soulignant la tragédie de l'holocauste que les Juifs ont subi pendant la Seconde Guerre mondiale, le monarque demande pourquoi l'Amérique et l'Europe refusent d'accepter plus qu'une poignée symbolique d'immigrants et de réfugiés juifs. Il est injuste, argumente-t-il, de faire payer à la Palestine, qui est innocente de l'antisémitisme, les crimes de l'Europe. Le roi Abdullah demande également comment les Juifs peuvent revendiquer un droit historique à la Palestine, alors que les Arabes y ont été la majorité écrasante pendant près de 1300 années ininterrompues? 
L'essai se termine sur une note inquiétante, avertissant des conséquences désastreuses si une solution pacifique ne peut être trouvée pour protéger les droits des Arabes indigènes de Palestine.     Note de l'éditeur
La transcription
Je suis particulièrement ravi de m'adresser à un public américain, car le problème tragique de la Palestine ne sera jamais résolu sans la compréhension américaine, la sympathie américaine, le soutien américain.
Tant de milliards de mots ont été écrits sur la Palestine - peut-être plus que sur aucun autre sujet de l'histoire - que j'hésite à leur ajouter. Pourtant je suis obligé de le faire, car je suis convaincu à contrecœur que le monde en général, et l'Amérique en particulier, ne sait presque rien du vrai cas des Arabes.
Nous autres Arabes, peut-être plus que  vous ne le pensez, la presse de l'Amérique. Nous sommes franchement troublés de constater que pour chaque mot imprimé du côté arabe, un millier est imprimé du côté sioniste.
Il y a plusieurs raisons à cela. Vous avez des millions de citoyens juifs intéressés par cette question. Ils sont très vocaux et sages dans les moyens de publicité. Il y a peu de citoyens arabes en Amérique et nous n'avons pas encore de technique de propagande moderne.
Les résultats ont été alarmants pour nous. Dans votre presse, nous voyons une horrible caricature et on nous dit que c'est notre vrai portrait. En toute justice, nous ne pouvons pas laisser passer cela par défaut.
Notre cas est assez simple: pendant presque 2000 ans, la Palestine a été presque 100% arabe. Il est encore aujourd'hui majoritairement arabe, malgré l'énorme immigration juive. Mais si cette immigration continue, nous serons bientôt en infériorité numérique - une minorité chez nous.
La Palestine est un petit pays très pauvre, de la taille de votre état du Vermont. Sa population arabe n'est que d'environ 1.200.000. Déjà nous avons forcé contre nous, contre notre volonté, quelque 600 000 juifs sionistes. Nous sommes menacés avec plusieurs centaines de milliers d'autres.
Notre position est si simple et naturelle que nous sommes étonnés qu'il devrait même être remis en question. C'est exactement la même position que vous en Amérique à l'égard des Juifs européens malheureux. Vous êtes désolé pour eux, mais vous ne les voulez pas dans votre pays.
Nous ne les voulons pas non plus dans les nôtres. Pas parce qu'ils sont juifs, mais parce qu'ils sont étrangers. Nous ne voulons pas des centaines de milliers d'étrangers dans notre pays, qu'ils soient Anglais ou Norvégiens ou Brésiliens ou autres.
Réfléchissez un instant: Au cours des 25 dernières années, un tiers de notre population nous a été imposé. En Amérique, cela équivaudrait à 45 millions de parfaits étrangers admis dans votre pays, au cours de votre protestation violente, depuis 1921. Comment auriez-vous réagi à cela?
En raison de notre aversion parfaitement naturelle d'être submergé dans notre propre patrie, nous sommes appelés des nationalistes aveugles et des antisémites sans cœur. Cette accusation serait ridicule si elle n'était pas si dangereuse.
Aucun peuple sur terre n'a été moins «antisémite» que les Arabes. La persécution des Juifs a été confinée presque entièrement aux nations chrétiennes de l'Occident. Les Juifs eux-mêmes admettront que, depuis la Grande Dispersion, les Juifs ne se développent pas aussi librement et atteignent une telle importance qu'en Espagne quand il s'agissait d'une possession arabe. À de très petites exceptions, les Juifs ont vécu pendant de nombreux siècles au Moyen-Orient, en paix et en toute amitié avec leurs voisins arabes.
Damas, Bagdad, Beyrouth et d'autres centres arabes ont toujours abrité des colonies juives vastes et prospères. Jusqu'à ce que l'invasion sioniste de la Palestine commence, ces Juifs ont reçu le traitement le plus généreux - loin, beaucoup mieux que dans l'Europe chrétienne. Malheureusement, pour la première fois dans l'histoire, ces Juifs commencent à ressentir les effets de la résistance arabe à l'assaut sioniste. La plupart d'entre eux sont aussi anxieux que les Arabes de l'arrêter. La plupart de ces Juifs qui ont trouvé des foyers heureux parmi nous ressentiment, comme nous le faisons, la venue de ces étrangers.
J'ai longtemps été intrigué par la croyance étrange qui semble persister en Amérique que la Palestine a toujours été «une terre juive». Récemment, un Américain dont j'ai parlé a éclairci ce mystère. Il a souligné que les seules choses que la plupart des Américains connaissent de la Palestine sont ce qu'ils lisent dans la Bible. C'était une terre juive à cette époque, raisonnent-ils, et ils supposent qu'elle l'a toujours été.
Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. Il est absurde de revenir si loin dans les brumes de l'histoire pour discuter de qui devrait avoir la Palestine aujourd'hui, et je m'en excuse. Je me demande si le monde a jamais vu une vision plus étrange qu'un groupe de personnes prétendant sérieusement revendiquer une terre parce que leurs ancêtres vivaient là il y a 2000 ans!
Si vous suggérez que je suis partial, je vous invite à lire tout historique sonore de la période et à vérifier les faits.
De tels documents fragmentaires indiquent que les Juifs étaient des nomades errants venus d'Iraq qui se sont installés dans le sud de la Turquie, sont venus au sud en Palestine, y sont restés peu de temps et sont ensuite passés en Égypte où ils sont restés environ 400 ans. Vers 1300 av. J.-C. (selon votre calendrier), ils ont quitté l'Égypte et ont progressivement conquis la plupart - mais pas la totalité - des habitants de la Palestine.
Il est significatif que les Philistins - pas les Juifs - aient donné leur nom au pays: "Palestine" est simplement la forme grecque de "Philistie".
Une seule fois, sous l'empire de David et de Salomon, les Juifs ont presque  contrôlé  mais pas toute  la terre qui est aujourd'hui la Palestine. Cet empire n'a duré que 70 ans et s'est terminé en 926 av. Seulement 250 ans plus tard, le royaume de Juda était réduit à une petite province autour de Jérusalem, à peine un quart de la Palestine moderne.
En 63 av. J.-C., les Juifs ont été conquis par Roman Pompey et n'ont plus jamais eu le vestige de l'indépendance. L'empereur romain Hadrien les a finalement éliminés vers 135 après JC. Il a complètement détruit Jérusalem, reconstruit sous un autre nom, et pendant des centaines d'années aucun juif n'a été autorisé à y entrer. Une poignée de Juifs sont restés en Palestine mais la grande majorité a été tuée ou dispersée dans d'autres pays, dans la diaspora, ou dans la Grande Dispersion. A partir de ce moment, la Palestine a cessé d'être un pays juif, dans n'importe quel sens imaginable.
C'était il y a 1815 ans, et pourtant les Juifs prétendent solennellement qu'ils possèdent encore la Palestine! Si une telle fantaisie était permise, comment la carte du monde serait ?
Les Italiens pourraient réclamer l'Angleterre, que les Romains tenaient si longtemps. L'Angleterre pourrait revendiquer la France, «patrie» des Normands conquérants. Et les Normands français pourraient revendiquer la Norvège, d'où leurs ancêtres provenaient. Et d'ailleurs, nous, les Arabes, pourrions revendiquer l'Espagne, que nous avons détenue pendant 700 ans.
Beaucoup de Mexicains pourraient réclamer l'Espagne, «patrie» de leurs ancêtres. Ils pourraient même revendiquer le Texas, qui était mexicain jusqu'à il y a 100 ans. Et supposons que les Indiens d'Amérique aient revendiqué la «patrie» dont ils étaient les seuls, natifs et anciens occupants jusqu'à il y a seulement 450 ans!
En tout cas, la grande expansion musulmane vers l'an 650 a finalement réglé les choses. Il a complètement dominé la Palestine. Depuis ce jour, la Palestine était solidement arabe en termes de population, de langue et de religion. Quand les armées britanniques sont entrées dans le pays pendant la dernière guerre, elles ont trouvé 500 000 Arabes et seulement 65 000 Juifs.
Si une occupation arabe solide et ininterrompue pendant près de 1 300 ans ne rend pas un pays «arabe», que fait-il?
Les Juifs disent, et à juste titre, que la Palestine est la patrie de leur religion. C'est également le lieu de naissance du christianisme, mais est-ce que n'importe quelle nation chrétienne le réclame pour ce compte? En passant, permettez-moi de dire que les Arabes chrétiens - et ils sont plusieurs centaines de milliers dans le monde arabe - sont en total accord avec tous les autres Arabes pour s'opposer à l'invasion sioniste de la Palestine.
Permettez-moi également de souligner que Jérusalem est, après La Mecque et Médine, la place la plus sacrée de l'Islam. En fait, dans les premiers jours de notre religion, les musulmans ont prié vers Jérusalem au lieu de La Mecque.
La «revendication religieuse» juive en Palestine est aussi absurde que la «revendication historique». Les Lieux Saints, sacrés pour trois grandes religions, doivent être ouverts à tous ,  le monopole de personne. Ne confondons pas la religion et la politique.
On nous dit que nous sommes inhumains et impitoyables parce que nous n'acceptons pas à bras ouverts les 200 000 juifs d'Europe qui ont si terriblement souffert de la cruauté nazie et qui, même trois ans après la fin de la guerre, languissent dans des camps froids et déprimants.
Permettez-moi de souligner plusieurs faits. La persécution inimaginable des Juifs n'a pas été faite par les Arabes: elle a été faite par une nation chrétienne en Occident. La guerre qui a ruiné l'Europe et rendu presque impossible la réhabilitation de ces Juifs a été menée par les nations chrétiennes de l'Ouest. Les parties riches et vides de la terre appartiennent, non aux Arabes, mais aux nations chrétiennes de l'Ouest.
Et pourtant, pour soulager leur conscience, ces nations chrétiennes de l'Occident demandent à la Palestine - un pays musulman pauvre et petit de l'Est d'accepter tout le fardeau. "Nous avons terriblement blessé ces gens", crie l'Occident à l'Est. "Ne vas-tu pas prendre soin d'eux pour nous?"
Nous n'y trouvons ni logique ni justice. Sommes-nous donc des «nationalistes cruels et sans cœur»?
Nous sommes un peuple généreux: nous sommes fiers que «l'hospitalité arabe» soit une expression célèbre dans le monde entier. Nous sommes un peuple humain: personne n'a été plus choqué que nous par la terreur hitlérienne. Personne ne plaint plus que nous le sort actuel des Juifs européens désespérés.
Mais nous disons que la Palestine a déjà abrité 600 000 réfugiés. Nous croyons que cela suffit à attendre de nous - même trop. Nous croyons que c'est maintenant au tour du reste du monde d'accepter certains d'entre eux.
Je serai entièrement franc avec vous. Il y a une chose que le monde arabe ne peut tout simplement pas comprendre. De toutes les nations de la terre, l'Amérique insiste beaucoup pour que quelque chose soit fait pour ces Juifs souffrants d'Europe. Ce sentiment fait honneur à l'humanité pour laquelle l'Amérique est célèbre, et à cette glorieuse inscription sur votre Statue de la Liberté.
Et pourtant cette même Amérique - la nation la plus riche, la plus grande et la plus puissante que le monde ait jamais connue - refuse d'accepter plus qu'une poignée symbolique de ces mêmes Juifs elle-même!
J'espère que vous ne penserez pas que je suis amer à ce sujet. J'ai essayé de comprendre ce paradoxe mystérieux, et j'avoue que je ne peux pas. Ni aucun autre arabe.
Peut-être avez-vous été informé que "les Juifs d'Europe ne veulent aller à aucun autre endroit que la Palestine".
Ce mythe est l'un des plus grands triomphes de propagande de l'Agence juive pour la Palestine, organisation qui promet avec zèle l'émigration en Palestine. C'est une demi-vérité subtile, donc doublement dangereuse.
La vérité stupéfiante est que personne sur Terre ne sait vraiment où ces malheureux juifs veulent vraiment aller!
On pourrait penser que dans un problème si grave, les autorités américaines, britanniques et autres responsables des juifs européens auraient fait une enquête très minutieuse, probablement par vote, pour savoir où chaque juif veut réellement aller. Assez étonnamment cela n'a jamais été fait! L'Agence Juive l'a empêché.
Il y a quelque temps, on a demandé au gouverneur militaire américain en Allemagne, lors d'une conférence de presse, comment il était si certain que tous les Juifs de ce pays voulaient aller en Palestine. Sa réponse était simple: «Mes conseillers juifs me le disent.» Il a admis qu'aucun sondage n'avait jamais été fait. Les préparatifs étaient en effet commencés pour un, mais l'Agence juive est intervenue pour l'arrêter.
La vérité est que les Juifs dans les camps allemands sont maintenant soumis à une campagne de pression sioniste qui a beaucoup appris de la terreur nazie. Il est dangereux pour un juif de dire qu'il préfère aller dans un autre pays, pas en Palestine. De tels dissidents ont été sévèrement battus et pire.
Il n'y a pas longtemps, en Palestine, près de 1 000 Juifs autrichiens ont informé l'organisation internationale des réfugiés qu'ils aimeraient retourner en Autriche, et des plans ont été faits pour les rapatrier.
L'Agence Juive en a entendu parler et a exercé une pression politique suffisante pour l'arrêter. Ce serait une mauvaise propagande pour le sionisme si les Juifs commençaient à quitter la Palestine. Les presque 1 000 Autrichiens sont toujours là, contre leur gré.
Le fait est que la plupart des Juifs européens sont occidentaux dans leur culture et leurs perspectives, entièrement urbains dans leur expérience et leurs habitudes. Ils ne peuvent pas vraiment avoir le cœur à devenir des pionniers dans la terre aride, aride, exiguë qu'est la Palestine.
Une chose, cependant, est sans aucun doute vrai. Dans l'état actuel des choses, la plupart des juifs réfugiés en Europe voteraient pour la Palestine, simplement parce qu'ils savent qu'aucun autre pays ne les aura.
Si vous ou moi avions le choix entre un camp proche de la prison pour le reste de notre vie - ou la Palestine - nous choisirions tous les deux la Palestine.
Mais ouvrez-leur toute autre alternative - donnez leur un autre choix, et voyez ce qu'il se passe!
Aucun sondage, cependant, ne vaudra rien à moins que les nations de la terre ne veuillent ouvrir leurs portes - juste un peu - aux Juifs. En d'autres termes, si dans un tel sondage un Juif dit qu'il veut aller en Suède, la Suède doit être disposée à l'accepter. S'il vote pour l'Amérique, vous devez le laisser entrer.
Tout autre type de sondage serait une farce. Pour le Juif désespéré, ce n'est pas un test inopportun de l'opinion: c'est une question grave de vie ou de mort. À moins qu'il ne soit absolument sûr que son vote ait une signification, il votera toujours pour la Palestine, afin de ne pas risquer son oiseau dans la main pour un seul dans la brousse.
En tout état de cause, la Palestine ne peut plus accepter. Les 65 000 Juifs de Palestine en 1918 ont grimpé à 600 000 aujourd'hui. Nous autres Arabes, nous avons augmenté, mais pas par l'immigration. Les Juifs n'étaient alors que 11% de notre population. Aujourd'hui, ils en représentent un tiers.
Le taux d'augmentation a été terrifiant. Dans quelques années - à moins d'être arrêté maintenant - cela nous submergera, et nous serons une minorité importante dans notre propre maison.
Assurément, le reste du vaste monde est assez riche et assez généreux pour trouver une place pour 200 000 Juifs - environ un tiers du nombre que cette toute petite Palestine a déjà abrité. Pour le reste du monde, ce n'est pas une goutte d'eau dans le seau. Pour nous, cela signifie un suicide national.
On nous dit parfois que depuis que les Juifs sont venus en Palestine, le niveau de vie arabe s'est amélioré. C'est une question très compliquée. Mais supposons même, pour l'argument, que c'est vrai. Nous préférerions être un peu plus pauvres et maîtres de notre propre maison. Est-ce que ce n'est pas naturel?
La triste histoire de la soi-disant «déclaration Balfour», qui a déclenché l'immigration sioniste en Palestine, est trop compliquée pour être répétée ici en détail. Il est fondé sur des promesses rompues aux Arabes - des promesses faites à froid qui n'admettent aucun refus.
Nous nions complètement sa validité. Nous nions totalement le droit de la Grande-Bretagne à donner des terres arabes pour une «maison nationale» pour un peuple entièrement étranger.
Même la sanction de la Société des Nations ne change rien à cela. À l'époque, pas un seul État arabe n'était membre de la Ligue. Nous n'avions pas le droit de dire un mot pour notre propre défense.
Je dois signaler, encore une fois dans une franchise amicale, que l'Amérique était presque aussi responsable que la Grande-Bretagne de cette déclaration Balfour. Le président Wilson l'a approuvé avant sa publication et le Congrès américain l'a adopté mot pour mot dans une résolution commune du 30 juin 1922.
Dans les années 1920, les Arabes étaient agacés et insultés par l'immigration sioniste, mais ils ne s'en alarmaient pas. C'était stable, mais assez petit, car même les fondateurs sionistes pensaient qu'il resterait. En effet, pendant plusieurs années, plus de juifs quittèrent la Palestine que n'en y pénétrèrent- en 1927, presque deux fois plus.
Mais deux nouveaux facteurs, totalement imprévus par la Grande-Bretagne ou la ligue ou l'Amérique ou le sioniste le plus fervent, ont surgi au début des années trente pour élever l'immigration vers des sommets insoupçonnés. L'un était la dépression mondiale; la seconde la montée d'Hitler.
En 1932, l'année avant l'arrivée de Hitler au pouvoir, seulement 9 500 Juifs sont venus en Palestine. Nous ne les avons pas accueillis, mais nous n'avions pas peur que, à ce rythme, notre solide majorité arabe soit jamais en danger.
Mais l'année suivante - l'année d'Hitler - elle a bondi à 30 000! En 1934, c'était 42 000! En 1935, il a atteint 61 000!
Ce n'était plus l'arrivée ordonnée des sionistes idéalistes. Au contraire, toute l'Europe déversait sur nous ses Juifs effrayés. Puis, enfin, nous aussi sommes devenus effrayés. Nous savions qu'à moins que cet afflux énorme ne s'arrête, nous étions, en tant qu'Arabes, condamnés dans notre patrie palestinienne. Et nous n'avons pas changé d'avis.
J'ai l'impression que beaucoup d'Américains croient que le problème en Palestine est très éloigné d'eux, que l'Amérique y a peu à voir, et que votre seul intérêt est maintenant celui d'un spectateur humain.
Je crois que vous ne réalisez pas à quel point vous êtes, en tant que nation, responsable en général de tout le mouvement sioniste et spécifiquement du terrorisme actuel. J'appelle cela à votre attention parce que je suis certain que si vous réalisez votre responsabilité, vous agirez équitablement pour l'admettre et l'assumer.
Mis à part le soutien officiel américain à la "Maison nationale" de la Déclaration Balfour, les colonies sionistes en Palestine auraient été presque impossibles, à quelque chose comme l'échelle actuelle, sans l'argent américain. Cela a été contribué par American Jewry dans un effort idéaliste pour aider leurs camarades.
Le motif était digne: le résultat était désastreux. Les contributions provenaient de particuliers, mais ils étaient presque entièrement américains, et, en tant que nation, seule l'Amérique peut en répondre.
La catastrophe actuelle peut être posée presque entièrement à votre porte. Votre gouvernement, presque seul au monde, insiste sur l'admission immédiate de 100 000 juifs de plus en Palestine - qui sera suivie par d'innombrables autres. Cela aura les conséquences les plus effroyables dans un chaos sanglant au-delà de tout ce qui a déjà été évoqué en Palestine auparavant.
C'est votre presse et votre leadership politique, presque seul au monde, qui font pression sur cette demande. C'est presque entièrement l'argent américain qui embauche ou achète les «navires de réfugiés» qui se dirigent illégalement vers la Palestine: de l'argent américain qui paye leurs équipages. L'immigration clandestine en provenance d'Europe est organisée par l'Agence juive, soutenue presque entièrement par des fonds américains. Ce sont les dollars américains qui soutiennent les terroristes, qui achètent les balles et les pistolets qui tuent les soldats britanniques - vos alliés - et les citoyens arabes - vos amis.
Nous, dans le monde arabe, avons été stupéfaits d'entendre que vous autorisez des publicités ouvertes dans les journaux à demander de l'argent pour financer ces terroristes, à les armer ouvertement et délibérément pour le meurtre. Nous ne pouvions pas croire que cela puisse vraiment arriver dans le monde moderne. Maintenant nous devons le croire: nous avons vu les publicités de nos propres yeux.
Je signale ces choses parce que rien de moins que la franchise complète ne sera utile. La crise est trop dure pour un simple vague de politesse qui ne veut rien dire.
J'ai la confiance la plus totale dans l'impartialité et la générosité du public américain. Nous, les Arabes, ne demandons pas de faveurs. Nous demandons seulement que vous connaissiez la pleine vérité, pas la moitié. Nous demandons seulement que lorsque vous jugez la question de la Palestine, vous vous mettiez à notre place.
Quelle serait votre réponse si une agence extérieure vous disait que vous devez accepter en Amérique des millions d'étrangers parmi vous, assez pour dominer votre pays, simplement parce qu'ils ont insisté pour aller en Amérique, et parce que leurs ancêtres y avaient vécu Il y a 2000 ans?
Notre réponse est la même.
Et quelle serait votre action si, malgré votre refus, cette agence extérieure commençait à vous les imposer?
Le nôtre sera le même. !!!!!!
Cet article a été publié dans The American Magazine , novembre 1947

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 
  •  |