«Je ne suis pas d’accord avec ce que tu dis, mais je me battrai pour que tu puisses le dire».

Voltaire


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

 » Christianisme » Musulmans, est-ce que vous croyez que votre religion est en expansion?

Musulmans, est-ce que vous croyez que votre religion est en expansion?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Salâh Ed-Dîn

avatar
@Starheater a écrit:J'ai entendu dire que la religion Musulmane était en déclin, est-ce votre avis, et pourquoi.
Starheater
L'Église catholique dont le siège est au Vatican, est une des institutions qui observe l'évolution des conversions. L'un des principaux sujets du synode européen d'octobre 2013 qui fut suivi par tout le clergé catholique, consistait en la position de l'église dans le nouveau millénaire. Le sujet premier de la conférence était l'expansion significative de l'Islam en Europe.
 
Le National Catholic Reporter relatait les déclarations de quelques personnes radicales soutenant que le seul moyen d'empêcher la forte augmentation des musulmans en Europe est de cesser toute tolérance à leur égard et à l'égard de l'Islam; d'autres, plus objectifs et plus sensés, ont souligné qu'étant donné que ces deux religions croient en un Dieu unique, elles ne devraient par conséquent être confrontées à aucune lutte, à aucun conflit, qui les opposeraient. Lors d'une session, l'archevêque allemand Karl Lehmann a démontré qu'au sein même de l'Islam, il existait réellement un pluralisme interne, plus que ne le percevaient de nombreux chrétiens, enfin les revendications des personnes à tendance radicale sur l'Islam étaient en réalité sans fondement.

Vu la situation tout à fait justifiée adoptée par la population de confession musulmane, si l'on tente de comprendre la position de l'église pour le nouveau millénaire, une enquête des Nations Unies en 2013 a montré qu'entre 2000 et 2011, la population musulmane en Europe a augmenté de plus de 100 %. Il est également mentionné que 13 millions de musulmans vivent aujourd'hui en Europe: 3,2 millions en Allemagne, 2 millions en Grande-Bretagne, 4 à 5 millions en France et le reste réparti dans toute l'Europe, particulièrement dans les Balkans, ils représentent plus de 2% de l'ensemble de la population européenne.  
Parlons franchement.  Il est rare que des non-musulmans étudient l’islam avant d’avoir fait le tour des autres religions auxquelles ils sont exposés.  Ils ne considèrent habituellement l’islam qu’après s’être rendus compte qu’ils sont profondément insatisfaits ou déçus des religions qui leur sont familières, comme le judaïsme, le christianisme et tous ces « ismes » à la mode : bouddhisme, taoïsme, hindouisme (et,

Peut-être les autres religions n’apportent-elles pas de réponses aux grandes questions existentielles comme « qui nous a créés ? » ou « pourquoi sommes-nous ici ? ».  Peut-être les autres religions n’arrivent-elles pas à concilier les injustices de la vie avec la notion d’un Créateur juste et équitable.  Peut-être y a-t-il de l’hypocrisie au sein du clergé, des principes de foi indéfendables dans le canon, ou peut-être les Écritures ont-elles subi d’importantes altérations. 

Quelles qu’en soient les raisons, vient un moment où nous découvrons des failles dans les religions qui nous sont familières, et c’est alors que nous décidons de chercher ailleurs.  Et cet ultime « ailleurs », c’est l’islam.

Peut-être que certains musulmans n’aimeront pas m’entendre dire que l’islam est « l’ultime ailleurs », mais il l’est bel et bien.  Malgré le fait que les musulmans composent entre un quart et un cinquième de la population mondiale, les médias non-musulmans salissent l’islam et véhiculent à son sujet de si odieuses calomnies que bien peu de non-musulmans perçoivent l’islam de façon positive.  C’est donc souvent la dernière religion qu’étudient ceux qui sont à la recherche de la vérité.

Salâh Ed-Dîn

avatar
@Starheater a écrit:D'autre part, on ne Valide pas un Livre comme le Coran en citant le nombres d'adeptes qui le lis. Tu sais comme moi que les humain sont aveugles, regarde autour de toi, tu as toutes sorte de religions et toutes sortes d'individus qui se réclament être dans la Vérité.
Starheater
Des pasteurs et des prêtres, il était pratiquement impossible d’obtenir des réponses franches et directes au sujet des principes de base des croyances chrétiennes. 
La vérité est que l’on souhaitait délibérément faire de ces concepts de croyances un « mystère » et l’on laissait entendre que le fait de croire en ces choses difficilement compréhensibles démontrait la foi d’une personne.
Cette approche, toutefois, ne  convenait pas à certain non musulman et il la trouvais (et la trouve toujours) totalement illogique.  Il semble déraisonnable de croire que la vérité, telle que révélée par Dieu, le Sage et le Miséricordieux, qui a disposé tant de merveilleux signes dans Sa création, doive mener l’homme à penser comme le père Tertullien, père de l’Église, qui est connu pour avoir dit : credo quia absurdum est, c’est-à-dire : « Je crois parce que c’est absurde ». 
 
La religion ne devrait jamais être fondée uniquement sur la foi – un acte de foi comme tel.  En plus d’être fondée sur la foi, elle devrait l’être aussi sur le savoir, afin qu’à la fois le cœur et l’esprit y trouvent réconfort et s’y soumettent avec résolution. 
 
Et c’est là ce qu" il  trouve dans l’islam.

Stitten

avatar
L’expansion de l’Islam ne prit pas, le plus souvent, la forme d’une invasion encore moins d’une colonisation, comme se plaisent à le prétendre certains historiens partiaux.
Le savant espagnol Blanco Ibanez le proclame dans son livre « Dans l’ombre de la Cathédrale » : « L’Espagne, esclave de rois théologiens et d’évêques belliqueux, recevait à bras ouverts ses envahisseurs. En deux années, les Arabes s’emparèrent de ce que l’on mit sept siècles à leur reprendre. Ce n’était pas une invasion qui s’imposait par les armes, c’était une société nouvelle qui poussait de tous côtés ses vigoureuses racines. Le principe de la liberté de conscience, pierre angulaire sur laquelle repose la vraie grandeur des nations leur était cher. Dans les villes où ils étaient les maîtres, ils acceptaient l’église du chrétien et la synagogue du juif ».
Saint Ferdinand, écrit de son côté Viardot, se rendit à la mosquée et ce magnifique ouvrage du premier ‘Abd Ar-rahmane fut consacré au culte chrétien…
Mais les autres monuments que nul caractère sacré ne protège contre une avidité barbare, contre une haine fanatique, disparurent dans les pillages et les dévastations de la conquête. Il ne resta rien, ni des riches abords de la mosquée, ni du merveilleux palais d’Al-Zahra… Des colonnes solitaires sont là pour attester que des nations civilisées occupaient jadis le vide inculte du désert ».
Pour sa part, un auteur contemporain écrit à ce sujet : « Les chrétiens qui n’avaient pas renié leur foi sont globalement appelés « Mozarabes » ; ils ne sont pas persécutés et vivent en bonne entente avec les Arabes et les chrétiens convertis à l’Islam (…) Les conquérants arabes n’ont mis aucune entrave à la religion chrétienne ; l’Espagne conquise a conservé les diocèses de l’Espagne chrétienne et il y a trois archevêques (Tolède, Lusitanie, Bétique). Les villes d’al-Andaloûs comptent de nombreuses communautés juives entièrement libres civilement et religieusement, comme les chrétiens, dont les quartiers sont appelés par les Arabes « la ville juive » (madinat al-yahoûd). Les juifs, banquiers, prêteurs, gabeleurs, ont joué un rôle important de financiers, mais aussi de conseillers et d’ambassadeurs, au service des musulmans ou des chrétiens ».

Cette tolérance et cette convivialité pratiquées par les musulmans là où ils s’établirent, étaient inscrites dans les textes mêmes du Coran, le code religieux et civil par excellence des musulmans, qu’ils mirent en application dans leurs relations avec les autres.
« Quant aux non musulmans, écrit l’historien Sâmih ‘Atef Ezzayn, ils sont laissés à leurs convictions et adoration ; ils suivent dans leurs affaires de mariage et de divorce les lois de leur religion. L’État nomme un juge pour décider de leurs différends devant les tribunaux gouvernementaux. Quant aux nourritures et vêtements, ils sont laissés à leur propre convenance, conformément aux prescriptions de leur religion, mais tout en respectant l’ordre général. Les transactions et les sanctions s’appliquent sur le même pied d’égalité aux musulmans et non musulmans, sans nul égard à la religion, à la race ou au sexe » .
Malheureusement, la reconquista dirigée par le roi Ferdinand et Isabelle la catholique, est venue mettre un terme brutal et sanglant à la prestigieuse civilisation musulmane d’Andalousie qui a montré que les religions, pour peu qu’elles laissent de côté leurs préjugés vis-à-vis de l’autre, peuvent vivre dans la tolérance et la coexistence pacifique.

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum