«Je ne suis pas d’accord avec ce que tu dis, mais je me battrai pour que tu puisses le dire».

Voltaire


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

 » Christianisme » Le fils de Dieu de la Bible était-il en plein délire ?

Le fils de Dieu de la Bible était-il en plein délire ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Stitten

avatar
Quelle histoire incroyable, tout de même ! Hélas le tableau n’est pas si rose…
Car Marie a été enceinte avant le mariage…Joseph n’était peut-être pas le vrai père. Selon le Talmud juif, effectivement, il est question d’un soldat romain .Jésus a peu-être inventé cette idée d’être le fils de Dieu pour combler cette absence de père qui va le faire souffrir toute sa vie. Ensuite il grandit et à l’adolescence fait quelques fugues répétées qui traduisent un certain déséquilibre psychique. Une fois, il part 3 jours sans avertir ses parents et se réfugie dans le temple pour y tenir des propos bizarres aux docteurs de la loi . Quand ses parents le retrouvent, il marque une réelle indifférence émotionnelle et leur donne une réponse pour le moins délirante : « je suis dans la maison de mon père »
Ensuite, de 12 à 30 ans, ce sont les « années perdues » de Jésus. C’est le vide dans l’évangile.
À 30 ans, les évangiles reparlent de lui. Il est baptisé par Jean le Baptiste, une sorte d’excentrique qui, de toute évidence, souffre de quelques dérangements. Il vit dans le désert, vêtu d’une peau de chameau, se nourrissant des sauterelles et passant tout son temps à baptiser des gens dans le Jourdain, tout en proclamant la venue du Messie .
Lorsque Jésus, ayant plongé sa tête dans l’eau, la ressort, il est en proie à un délire et à des hallucinations : il voit le ciel se déchirer, l’Esprit de Dieu descendre sur lui et entend une voix  » tu es mon fils bien aimé, tu as toute ma faveur  » (Marc) .
Après le baptême, Jésus souffre d’une crise aiguë d’angoisse avec anorexie mentale et s’enfuit dans le désert pour 40 jours. Comme Jean le Baptiste, il mange des sauterelles. Et alors il affronte le diable qui le met à l’épreuve en lui demandant de changer des pierres en pains. Jésus qui était alors persuadé d’avoir des pouvoirs surnaturels, lui résiste, puis se sont les anges qui l’approchent et le suivent (Mathieu)
Mais on ne dit rien de son retour parmi les siens. Peut-être l’ont-ils récupéré, affamé et déshydraté, bien avant les 40 jours …
Jésus qui était un peu en concurrence avec Jean le Baptiste, son maître spirituel, peut tout à coup avoir toute latitude, lorsque celui-ci est emprisonné, sans doute pour un excès d’excentricité.
 Alors pour Jésus, les idées de grandeur s’accélèrent :
« l’Esprit du Seigneur est sur moi  » (Luc)
« Quiconque regarde une femme et la désire a déjà commis dans son coeur l’adultère.
Si ton oeil droit est une occasion de péché, arrache le et jette le car mieux vaut pour toi que périsse un seul de tes membres et que tout ton corps ne soit pas jeté en enfer  » (Mathieu)
Cette dernière déclaration n’est évidemment pas celle de quelqu’un sain d’esprit. C’est un encouragement à l’automutilation que l’on voit souvent chez le schizophrène, pour se prémunir de fauter ou se punir d’avoir ressenti du plaisir. Jésus est de plus en plus déconnecté de la réalité . Il encourage ses disciples à adopter un comportement asocial, en vivant sans argent, de mendicité, aux frais de la société. .
Durant ses nombreuses prédications, Jésus se fait des ennemis et l’opposition qu’il rencontre développe sa paranoïa et sa méfiance.
Il ne parle qu’en paraboles que même ses disciples ont du mal à comprendre. C’est un discours délirant sur le diable, les anges, les justes, les méchants, le royaume des cieux et le jugement dernier:
« je voyais Satan tomber du ciel comme l’éclair » (Luc)
 Parfois même il prend un de ses disciples pour le diable : « passe derrière-moi, Satan! A-t-il dit à Pierre,
« pourquoi cherchez-vous à me tuer? » disait-il aux juifs . Ceux-cis lui répondaient : « tu as un démon! » (ce qui voulait dire à l’époque : tu es fou ) .
 Et Jésus restera toujours persuadé qu’on veut le tuer, il avait peur tout le temps, croyait à un complot contre lui.
Il restait souvent seul. Comme bien des schizophrènes, il ne supportait pas la proximité des autres et le contact physique. Alors régulièrement, il s’isolait, pour se calmer, se sentir plus en sécurité.
Et à ces moments-là, il entendait la voix de son père et conversait avec lui . Il était seul à le voir et à l’entendre et n’a jamais eu aucune autocritique face à ces hallucinations.
 
Peu à peu, il en arrive à se prendre non plus pour le fils, mais pour Dieu lui-même :
«Moi et mon Père, nous sommes un» (Jean)
 
Plusieurs fois Jésus s’est montré violent. Il a tout cassé dans le temple, s’en est pris aussi aux animaux et aux gens en utilisant des cordes comme fouets.
 
Ce sont de vraies crises d’agitation, peut-être se débattait-il contre des démons, des hallucinations. Il terrorisait ses disciples pour les obliger à se soumettre à sa doctrine et il faisait peur avec la Géhenne (l’enfer) .
 
Il était véritablement obsédé par le châtiment éternel, par sa croyance en l’enfer et ses délires sur la fin du monde : il parlait de guerre, de famines, de tremblements de terre, de persécutions « et le fils de l’homme (expression qu’il utilisait souvent et qui ne veut rien dire) viendra, escorté de ses anges, pour prendre place sur le trône ». (Mathieu)
 
Il se croyait investi d’un pouvoir royal et capable de condamner les gens à l’enfer ou de leur donner la vie éternelle.

Stitten

avatar
@Starheater a écrit:Tes affirmation me montre à quel point tu ne connais pas les Écritures, cela me fait rire un peu de voir toute l'ingéniosité que tu déploie sur un fait que tu ne sais qu'à moitié, ça se vois car tu transforme les paroles qui n'ont jamais été dites dans la Bible, le Christ dit autre chose, je te le cite de mémoire:

"Ne savez-vous pas que je dois m'occupé des affaires de mon Père", il y a une grosse différence entre les paroles que tu as rapporté à ta manière (probablement parce que tu les cites de mémoire toi aussi), parce que je me rend compte que tu n,as pas cité dans quel Évangile sont dites ces paroles.
Starheater
Je me semble que je sais trop bien que Jésus avait prononcé ces paroles

 Luc 2 :41-49 « Les parents de Jésus allaient chaque année à Jérusalem, à la fête de Pâque. Lorsqu’il fut âgé de douze ans, ils y montèrent, selon la coutume de la fête. Puis, quand les jours furent écoulés, et qu’ils s’en retournèrent, l’enfant Jésus resta à Jérusalem. Son père et sa mère ne s’en aperçurent pas. Croyant qu’il était avec leurs compagnons de voyage, ils firent une journée de chemin, et le cherchèrent parmi leurs parents et leurs connaissances. Mais, ne l’ayant pas trouvé, ils retournèrent à Jérusalem pour le chercher. Au bout de trois jours, ils le trouvèrent dans le temple, assis au milieu des docteurs, les écoutant et les interrogeant. Tous ceux qui l’entendaient étaient frappés de son intelligence et de ses réponses. Quand ses parents le virent, ils furent saisis d’étonnement, et sa mère lui dit : Mon enfant, pourquoi as-tu agi de la sorte avec nous ? Voici, ton père et moi, nous te cherchions avec angoisse. Il leur dit : Pourquoi me cherchiez-vous ? Ne saviez-vous pas qu’il faut que je m’occupe des affaires de mon Père ? »
Cette première parole de Jésus conservée pour la postérité alors qu'il avait 12 ans  il nous reste à nous demander comment un enfant de 12 ans puisse se charger des affaires d’un Dieu Puissant et créateur !
On distingue la fête de Pâque (au singulier) qui est une fête juive, de la célébration de Pâques (au pluriel) qui est une fête chrétienne.
Le jour de Pâques a été fixé lors du concile de Nicée (aujourd'hui İznik, en Turquie), en 325. Le jour de Pâques a lieu le premier dimanche après la pleine lune qui suit le 21 mars.
 
Il n'est pas inutile de dire un mot de la divergence d'interprétation de cette fête chez les uns et chez les autres. Le récit de l'Exode est univoque mais les adeptes de l'Eglise primitive, tout juifs qu'ils étaient, l'ont interprété dans un autre sens, celui de la Résurrection tout en s'appuyant sur des versets prophétiques. Donc en restant dans le cadre juif, quoique non rabbinique.
Alors que la fête juive de Pâque, Pessah, renvoie à un épisode biblique unique, la sortie d'Egypte, la tradition juive et la tradition chrétienne en font des lectures très différentes. Chacune voit dans cette célébration pascale un épisode crucial de son vécu religieux.

Stitten

avatar
@Starheater a écrit:
@Stitten a écrit:
@Starheater a écrit:Tes affirmation me montre à quel point tu ne connais pas les Écritures, cela me fait rire un peu de voir toute l'ingéniosité que tu déploie sur un fait que tu ne sais qu'à moitié, ça se vois car tu transforme les paroles qui n'ont jamais été dites dans la Bible, le Christ dit autre chose, je te le cite de mémoire:

"Ne savez-vous pas que je dois m'occupé des affaires de mon Père", il y a une grosse différence entre les paroles que tu as rapporté à ta manière (probablement parce que tu les cites de mémoire toi aussi), parce que je me rend compte que tu n,as pas cité dans quel Évangile sont dites ces paroles.
Starheater
Je me semble que je sais trop bien que Jésus avait prononcé ces paroles
 Luc 2 :41-49 « Les parents de Jésus allaient chaque année à Jérusalem, à la fête de Pâque. Lorsqu’il fut âgé de douze ans, ils y montèrent, selon la coutume de la fête. Puis, quand les jours furent écoulés, et qu’ils s’en retournèrent, l’enfant Jésus resta à Jérusalem. Son père et sa mère ne s’en aperçurent pas. Croyant qu’il était avec leurs compagnons de voyage, ils firent une journée de chemin, et le cherchèrent parmi leurs parents et leurs connaissances. Mais, ne l’ayant pas trouvé, ils retournèrent à Jérusalem pour le chercher. Au bout de trois jours, ils le trouvèrent dans le temple, assis au milieu des docteurs, les écoutant et les interrogeant. Tous ceux qui l’entendaient étaient frappés de son intelligence et de ses réponses. Quand ses parents le virent, ils furent saisis d’étonnement, et sa mère lui dit : Mon enfant, pourquoi as-tu agi de la sorte avec nous ? Voici, ton père et moi, nous te cherchions avec angoisse. Il leur dit : Pourquoi me cherchiez-vous ? Ne saviez-vous pas qu’il faut que je m’occupe des affaires de mon Père ? »
Cette première parole de Jésus conservée pour la postérité alors qu'il avait 12 ans  il nous reste à nous demander comment un enfant de 12 ans puisse se charger des affaires d’un Dieu Puissant et créateur !
On distingue la fête de Pâque (au singulier) qui est une fête juive, de la célébration de Pâques (au pluriel) qui est une fête chrétienne.
Le jour de Pâques a été fixé lors du concile de Nicée (aujourd'hui İznik, en Turquie), en 325. Le jour de Pâques a lieu le premier dimanche après la pleine lune qui suit le 21 mars.
 
Il n'est pas inutile de dire un mot de la divergence d'interprétation de cette fête chez les uns et chez les autres. Le récit de l'Exode est univoque mais les adeptes de l'Eglise primitive, tout juifs qu'ils étaient, l'ont interprété dans un autre sens, celui de la Résurrection tout en s'appuyant sur des versets prophétiques. Donc en restant dans le cadre juif, quoique non rabbinique.
Alors que la fête juive de Pâque, Pessah, renvoie à un épisode biblique unique, la sortie d'Egypte, la tradition juive et la tradition chrétienne en font des lectures très différentes. Chacune voit dans cette célébration pascale un épisode crucial de son vécu religieux.


Bon, de toute façon, je t,en avait parlé pour le fait que le nombre de jours pour la résurrection du Christ ne concordait pas, c'est, comme je disait, parce que cette Pâque était spécial, elle commençait le Jeudi soir pour se terminer le Samedi soir.
Starheater
A trop vouloir prouver, on ne prouve rien 

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum